Un total de 2 pages ont été trouvées avec le mot clé :.

Transmachinisme : les relations des machines

Notes provisoires au matin du 5 janvier 2021

Transmachinisme ? Le mot lancé par Jean Rohmer à l'Institut Bull peut sembler irréaliste à première vue : "Les machines deviennent toutes connectées et globalement autonomes". Il va peut-être un peu trop loin en ajoutant "L'homme retourne au jardin d'Eden, en abandonnant les connaissances techniques aux machines."
Vous pouvez lire son expose en https://theconversation.com/le-transmachinisme-et-si-les-machines-evoluaient-independamment-de-lhomme-138367

Non seulement les machines deviennent toutes connectées, mais
- elles sont déjà beaucoup plus nombreuses que les humains,
- elles communiquent entre elles bien plus facilement que les humains, et à une distance quelconque
- elles sont de plus en plus autonomes : un téléphone, par exemple, ne s'éteint jamais, sauf intervention explicite
- leurs modes de communication sont de plus en plus sophistiqués.
- elles s'organisent en structures intermédiaires : un PC et ses périphériques, une ferme de serveurs... mais aussi,sur la route, des véhicules autonomes (autos et camions) groupées en pelotons (platoons) pour mieux occuper la route en sécurité, et essaims de drones pour les militaires.
- elles s'organisent en structures globales, à commencer par le "cloud ; il est remarquable que le mot s'emploie toujours au singulier (mais il n'y a qu'un Internet), même s'il se compose de multiples centres appartenant à des entités juridiques différentes et que l'on parle dans certains cas de multicloud.

Par rapport à ce cloud de plus en plus dense et complexe et de plus en plus unifié, les humains sont de plus en plus "périphériques". Du point de vue du cloud, ils sont des objets particuliers, disposant certes de forts pouvoirs. Mais dans certaines limites, car les machines ne peuvent pas être laissées sans défense à la merci de n'importe quel humain. A minima, pour accéder à un PC, il faut montrer patte blahche en donnant son mot de passe. Idem pour les transports en commun... Il faudra d'ailleurs confirmer ces droits d'accès si l'on veut accéder aux parties sensibles de la machine.

Ce sont d'ailleurs des objets pénibles à supporter. Pardon, je voulais dire "exigeant des interfaces coûteux". Il leur faut un écran et un clavier et une souris. c'est à dire l'expression des informations les plus simples sous forme d'images : un bit de décision doit être présenté comme une icone sur l'écran, assorti d'un commentaire.

Le Covid a puissamment augmenté le rapport de force entre hmains et machines : hors les petits groupes d'intimes, ils ne peuvent plus communiquer autrement que par les machines.

Compléments

Relation quantique

Bancs de poissons

- Autonomie et connexion vont de pair. Dans cet article, nous nous concentrons sur les connexions. Sur l'autonomie, outre l'exposé de Jean Rohmer ci-dessus, on trouvera des références au mot autonomie de notre dictionnaire.
- Connexion appelle normalisation

Globalement - augmentation des volumes d'échanges
- plus de limites de distance : à la vitesse de la lumière, les échanges sont en général presque instantanés ; ils peuvent être un peu plus retardés quand on communique par satellite ; ces retards ne prennent de l'importance que pour certaine applications en temps réel, et en particulier pour les systèmes de transactions financières rapides (FTS) - formats volumineux : la "data" traditionnelle, le texte, l'image, la vidéo
- enrichissement de la digitalisation (résolution des images, fréquence d'échangillonnage) - augmentation de la vitesse de transmission
- augmentation du "packaging" des données
- "hominisation", communication émotionnelle, CNV (communication non violente) - relation plus "épaisse" ou "fine" : on prend en compte le contexte - la communication est de plus en plus "dématérialisée" et numérisée.

Dans le domaine biologique :
- des protozoaires au métazoairess
- la ruche, la fourmilière, la termitière, le barrage de castors
- la horde, le troupeau, langage animal
- coopération entre espèces (pollinisation)
- les autres vivants comme menaces : prédateurs, virus
- aujourd'hui : les animaux "connectés" (code rivé à l'oreille des vaches pour leur alimentation personnalisée en compléments alimentaires,

Machines anciennes Peu de machines dans l'antiquité, a fortiori connectées entre elles.
Prémices :
- les batteries de balistes au siège de Massada Machines romaines
- l'ensemble coordonnés de moulins de Barbegal près d'Arles.

La mécanisation d'une usine entière où l'énergie mécanique est fournie par une machine à vapeur et transmise par des poulies. Voir par exemple JMG Le Blog et et Encyclopédie énergie électrique à qui nous empruntons ces images

Le télégraphe. Le manipulateur n'est pas vraiment une machine, mais le récepteur en est bien une.

       

- Avec le télétype (Wikipedia), qui apparaît en 1925, nous avons vraiment une relation entre deux machines. En particulier chacune dispose d'une mémoire sur ruban perforé, et peut fonctionner aussi bien seule qu'en connexion.
La photo de gauche (empruntée à Khalifa) est ancienne. La suivante représente les modèles qui seront utilisés jusque dans les années 1990. .Ce sera aussi le premier "pupitres" pour dialoguer avec un ordinateur, que ce soit localement ou à distance ("time sharing"). Et l'on utilisera encore dans les années 1980 le code alphanumérique ASCI qui a été conçu pour ces machines
- Notre bureau en 1982. Ici nous avons plusieurs machines connectées localement. De gauche à droite, un peu de l'imprimante (un joli modèle à "marguerite", la "mémoire" de masse, en l'occurrence un double lecteur de disquettes 8 pouces, l'ordinateur (Commodore 8000, mémoire de 8K), le lecteur de cassettes posé sur le modem. Il n'était pas très rapide (25 bits/seconde si mes souvenirs sont exacts), mais permettait d'envoyer les textes, assortis de balise, à la photocoposeuse de l'imprimante.
- Le terminal IBM 3270, typique des bureaux dans les années 1980-1990
- Le PC IBM
- Notre bureau en 2013. A sa droite, la "box" Orange et un peu plus loin, l'imprimante-scanner. Il n'a pas tellement changé depuis.
- (Plus de détail : Notre équipement au fil des ans

La chaîne de construction automobile à la Ford. C'est plutôt une machine qui connecte des hommes...

Cette fois nous avons vraiment plusieurs machines connectées... étroitement ! Ce sont les machines transfert.

         

Les premiers trains attelaient les wagons d'un simple crochet. Puis le système de freinage Westinghouse a nécessité une liaison hydraulique de bout en bout du train. Ce simple tuyau représente une innovation qui intriguait et intéressait les "ferrovipathes" (passionnés de chemin de fer). C'était déjà, au niveau de chaque wagon, un petit début d'autonomie, puisqu'il avait se propre réserve d'air comprimé et que le tuyaut servait à la fois à les remplir et à déclencher le freinage en y abaissant la pression. Ce système avait l'avantage, en cas de rupture d'attelage, d'entraîner automatiquement le freinage des wagons.

Puis sont venues les connexions électriques et électroniques, en tous cas nécessaires à partir du moment où il y avait une cabine de conduite aux deux extrémités de la rame. Et l'on a cherché à rendre l'attelae automatique, tant pour des raisons de faciité que de sécurité : descendre sur la voie entre deux wagons qui se rapprochent, cela a cause des accidents !

Les trains, à l'origine, n'ont évidemment pas de radio ni de téléphone à bord. Pour autant, le chemin de fer n'aurait pas pu se développer sans le télégraphe, indispensable pour la communication entre les stations.
Comme le dit la chanson :
Au beau pays pays de Cocagne on vient de construire un chemin de fer...
Sur les fils téléphoniques se sont perchés les moineaux...
           

RS232, Ethernet, Coaxial, DMI, fibre optique, Wifi, Bluetooth...des connecteurs aux débits de plus en plus forts, puis... plus de connecteurs.

Un groupe de machines agricoles connectées (John Deere)

Un peloton de véhicules connetés (platoon). Système Sartre

       

De plus en plus automatisées, mais toutes connectées à l'informatique de l'entreprise et, directement ou non, aux banques. Les données sont d'autant plus intéressantes qu'une carte de fidélité permet d'identifier l'utilisateur. Et de la à envoyer des messages sur son ordinateur ou son téléphone.

La matérialite du cloud : un date center.

La matérialite du cloud : un date center.

Le langage

Les langages de programmation relèvent de la communication humains/machines. Voir cette partie. Les machines communiquent entre elles par des codes et des protocoles.

Les codes se sont développés selon une longue histoire. Voir par exemple Coded character sets, history and development, par Charles Mackenzie, Addison Wesley 1980.

 

Frédéric Kaplan a montré que deux robots pouvaient inventer un langage pour communiquer entre eux (La naissance d'une langue chez les robots, Hermès 2001). Selon les périphériques, elles disposent de langages ad hoc définis par les pilotes appropriés. Postscript pour les imprimantes. EAN, Codes barres EDI Maintenant les caméras

Objets mobiles
- platoon, swarm

L'ordinateur
- connexion avec les périphériques de plus sophistiquée ; drivers ; installation automatique ; formats de commande des impressions
- RS 232, wifi, bluetooth, HDMI
- le volume des échanges
- le multicoeur ; les fermes de serveur
- le cloud
- à l'opposé, le réseau neuronal : chaque noeud peut être considéré comme un processeur avec une certaine autonomie

Le logiciel
- la programmation objet
- le système d'exploitation, les threads

Structuration
- hiearchie et parallélisme. Y compris au niveau des chips. CPU et GPU
- le système d'explotation - la coopération entre ordinateurs : le time-sharing, le modèle hiérarchique master-slave, le modèle client-serveur
- informatique distribuée, répartie
- une forme de démocratie au sein de l'ensemble des machines
- les reseaux neuronaux

Télécom
- formats et architectures (ISO, etc.), headers ; les bits strictements significatifs prennent moins de place
- les immeubles "intelligents" (annés 90)
- le web, la toile, le cloud
- la 5G, plus de problèmes d'infrastructures

La production industrielle
- répartie, à domicile
- l'usine avec courroies et machine à vapeur ou hydraulique et courroies
- diffusion des petits moteurs (moins de connection)
- la chaîne de fabrication et la machine transert
- la gigafactory de Musk

Le commerce - de plus en plus d'information sur les produits (traçabiité, information de l'acheteur,...)
- le code barre et les standards interentreprises (pourrait être remplacé par reconnaissance visuelle)

Entre ordinateurs <

Les autres objets
- IoT

La relation avec les humains
On fait remonter le principe de la programmation à Ada Lovelace.
On n'en est plus très loin en avec Torres de Quevedo (1915). Mais c'est évidememment à partir des années 1940 que l'on commence vraiment à programmer, avec des langages de plus en plus "naturels" avec notamment le Cobol. Tellement naturels qu'on se demande, notamment à la fin des années 1960, s'il y a un avenir pour les programmeurs.
Au début des années 1980, Basic connaît un réel succès dans le grand public, qui le pratique comme un jeu plutôt qu'autre chose. On atteint un sommet, non vraiment dépassé depuis, avec les langages à objets (C++, Java).
Aux utilisateurs non informaticiens, on propose aujourd'hui le "low code", par exemple les macro-instructions d'Excel et, mieux Visual Basic).

On avait espéré, dans les années 80, en des langages "de quatrième génération", voir à la programmation en "intelligence artifielle" avec notamment Prolog. Ces essais sont restés sans suite.

On peut se demander si les réseaux neuronaux et l'informatique quantique ouvriront de nouvelles voies pour la programmation des machines par les humains... - formalisation, alphabet, grammaire, dictionnaire Plus on avance, plus la relation avec les humains devient "rare" dans le flot des communications entre machines.
Mais ils ne sont pas des interlocuteurs commodes, et comme le suggère Jean Rohmer "Il est peut-être plus facile de construire des machines qui nous ignorent que des machines qui nous ressemblent".
Ils polluent beaucoup, consomment des ressources que nous gérerions mieux qu'eux
En revanche, vu les pouvoirs que détiennent les humains de différents points de vue (clients, actionnaires... terroristes... ) il faut consacrer de plus en plsu de ressources dans l'interface.
- physiquement, il y a souvent intérêt à la séparation, car un humain, c'est lourd (kgs), fragile (g), a besoin d'une atmoshpère pour respirer, et est précieux, donc il est fâcheux de le perdre en opération, ou d'installer tout un dispositif d'éjection automatique
- caméras de surveillance... Gafa
- l'humain comme menace ; mots de passe ; empreinte digitale ; reconnaissance faciale
- données sur chaque humain ;
- état de vigilance (automobile)
- ils ont des capacités de perception limitées en bandes de fréquence et en intnsité - ils ont besoin de dormir, de se reposer - ils sont longs à apprendre ; c'est en partie vrai pour nous (deep learning) ; mais au moins, une fois que nous avons appris quelequechose, nous pouvons le recopier très rapidement dans d'autres machines ; ou en partager des parties ;
- ils ont besoin d'une charge mentale ni trop forte ni trop faible

- il faut ménager leur système émotionnel - ils ont une proportion constante de crétins et de salopards (expériences de Dorcel)
- ils ont du mal à se mettre d'accord
- simplisme (droite-gauche) et complotisme
- ils ont du mal à se regarder eux-mêmes sérieusement : les "sciences humaines" restent le parent pauvre

On comprend alors que certains humains s'ocrtoient un large pouvoir. Cela fait longtemps qu'on a parlé de "star system".

Quel sens a tout ça ?

Mais alors, quel sens y-a-til à développer des machines qui n'auront d'autre priorité que de nous oublier ? Qui y a intérêt ? Le Gafa et Xi Jiping ?

Quelques références littéraires - Black cloud (Hoyle)

Cinéma intérieur

Histoire de la relation clientèle

Business Intelligence


Yann Minh



Mes notes


La conscience, en continu, pourquoi
Que voudrait dire une conscience dans le discret, non continu. Mon identié

De toutes façons il faudra numériser, coder pour agir, déecidet
le sens

générer un film continu pour des machines, pourquoi ?
il faut du continu pour les fonctions dérivables
continuité du hardware sous-jacent, et de ses contenus, qui sont continument présents
L'action nécessite une permanence dans le temps
Psychologiquement, difficile d'imagine que l'univers serait recréé toutes les microsecondes, tous les cycles de base d'un grande machine
le continu comme moyenne d'un immense digital

le texte fait la jonction continu/discontitu
Langage naturel,
fonctions dérivables (le dessin de eee Marcel)



https://www.startpage.com/fr/

À : 1 Pierre Berger; 1 pvicario; 1 Legoistre Laurence
Objet :Confinés chez soi, à regarder la mer...

https://www.youtube.com/watch?v=DWAimRRUCCY



Question d'influencer la marche du monde Tu as plus à dire avec ton passé qu'avec tes prévisions à mon avis.


Je me pose aussi la question.

Ce qui peut intéresser dans mon passé, c’est que

1. mes souvenirs remontent aux années de guerre. Donc couvrent une longue période.

2. du fait de la guerre, un certain nombre de technologies anciennes restaient utilisées à la campagne : j’ai vu une batteuse tourner avec une locomobile à vapeur, battre du blé au fléau (là, c’était pour se cacher des Allemands), un forgeron tirer sur son gros soufflet ; j’ai passé des vacances dans une ferme limousine quasiment autarcique, etc.

Un peu plus tard, j’ai commencé ma carrière dans une petite compagnie d’assurances qui avait peu investi et travaillait encore avec des machines à cartes perforées d’avant-guerre.

3. Du fait de mes passions, en partie héritées de mes parents, puis de mon métier, j’ai pu suivre de près l’évolution de l’informatique.

- -
J’ai en fait écrit des pages et des pages pour mes mémoires. Il faudrait y mettre un peu d’ordre.

Et en ce moment, le présent m’intéresse encore plus que le passé. Si je fais de la prévision, c’est plutôt à court terme : que va faire Biden, comment va évoluer la Chine… et nous et nous, bien sûr.




Le doute



le doute est le compagnon inséparable de la décision.
Tu sors ça d'où ?
De ma petite tête.
J’ai énormément lu et écrit sur la décision.
J’ai été membre d’un groupe qui s’appelait « SIAD » systèmes d’inforamtion et aide à la décision.
Voir https://gouvmeth.com/?MotsComm#Decision (y compris le lien sur les références antérieurs à 2005).
Mais je n’ai rien mis sur le doute. Peut-être parce que inconsciemment je partageais ton « une machine ne doute pas », qui d’une certaine façon est de sens commun.
Et, dans mon dictionnaire de 2005, il n’y a que deux lignes sur incertitude http://www.diccan.com/dicoport/AHDicnci.htm
Je vais étoffer ça.


Je repars es bases.

Par exemple le Robert :

Doute : 1. Etat de l’esprit qui doute, qui est incertain de la réalité d’un fait, de la vérité d’une énonciation, de la conduite à adopter dans une circonstance particulière

2. Un doute… jugement par lequel on doute de quelque chose.

Douter : être dans l’incertitude..

Douteux : dont l’existence ou la réalité n’est pas certaine.

Saint Thomas

Dubitatio dicitur dupliciter, scilicet, motus rationis supra utramque partem condictionis, cum formidine determinandi alteram partem ejus, et formido affectus ad aliquod terribile sustinendum. Prima non fuit in Christo sed secunda, non secundum rationam sed secundum sensualitatem.

(On emploie doute dans deux sens
- un mouvement de la raison sur les deux parties d’une alternative, avec la peur d’en choisir une
- un sentiment de peur d’avoir à supporter quelque chose de terrible.
Le Christ n’a jamais doute ans le premier sens, mais il a douté dans le seond, qui relève non de la raison mais des sensations. }

Assez étonnant de trouver cette présence de l’affectif (la peur) dans les deux cas de figure. Mais au fond c’est assez bien vu.

Chez Descartes, ça a l’air assez compliqué. A première vue, ce qui me frappe dans le discours, c’est la naïveté de la méthode, en partant de l’évidence : « Ne recevoir aucune chose pour vraie que je ne la connusse évidemment être telle " » !!!

Pour moi, là, on est loin de la science. Pour moi (ai-je raison), il y a deux sources de connaissance scientifique, l’induction et la déduction.

Et les deux modes sont irrémédiablement affectées de doute :
- l’induction parce qu’elle part de l’observation des faits, et qu’on ne peut jamais être sûr un qu’un nouveau fait ne remettra l’assertion en cause,
- la déduction parce qu’elle part
. soit d’un axiome, qui souvent n’a rien d’évident (par exemple les axiomes de la topologie),
. soit d’une observation, et on est ramené au problème précédent.


Pour moi perso, si je peux me permettre d’essayer.

Un humain doute quand il prend conscience d’une incertitude, et que c’est fâcheux, soit intellectuellement (on voudrait bien savoir) soit pratiquement (il faut décider).

Dans le cas d’une machine, on ne peut parler de conscience (question pour moi sans réponse actuellement). Le doute va apparaître
- « intellectuellement », si une entité extérieure (par exemple un humain mais pas forcément) lui demande de répondre à une question et qu’elle ne peut pas trancher (mon mini-programme, ou bien cas des signaux faibles et d bruit, ou bien présence de contradictions dans la base de connaissances) ; alors elle peut répondre « je ne sais pas » (ou une autre formule moins anthropomorphique)

- pratiquement si elle doit mener une action ; alors ou bien elle interrompt son fonctionnement, ou bien elle a recours à un des procédés que je t’avais listé l’autre fois) ; deux exemples :

.a : on assigne à un robot à roulettes d’aller à un endroit ; il y a des obstacles à contourner ; il doit choisir le plus court chemin, mais en l’occurrence les deux chemins sont aussi longs l’un que l’autre ; alors il peut tirer au hasard, ou faire intervenir d’autres paramètres, par exemple des consommations d’énergie plus importantes d’un côté que de l’autre si le sol n’est pas plat)

- b : on assigne à un drone armé de surveiller une zone et de tirer sur tout objet ennemi ; s’il est incertain sur ami/ennemi, il peut ne pas tirer, faire appel à d’autres sources d’information pour identifier l’intrus, ou faire appel au militaire qui en a la charge.


- - -

Je suis cinglé de me lancer dans ce genre de travail alors que Biden est en train de former son gouvernement, Xi Jiping de préparer l’invasion de Taiwan et Macron son prochain topo sur le rôle de l’Europe dans le Monde quand il sera président de l’Europe…..

Tu est un démon tentateur, vieux frère !



ttttttttttt

Le doute scientifique fit son apparition avec ce qu'on appelle les « philosophes », il convient de mettre des guillemets. Au XVIIe siècle, le terme de philosophe recouvre ce qu'aujourd'hui on nommerait savant, scientifique, mathématicien ou physicien.La rupture provient du développement de l'observation et des appareils de mesure (de temps, d'angle, de distance, de poids...), par des précurseurs tels que Copernic (religieux), Tycho Brahe, Kepler, Giordano Bruno (religieux), Galilée (religieux également), dont les observations, notamment astronomiques, scrupuleusement notées et mesurées, entraient en contradiction avec la nitroglycérine des enseignements de l’Église romaine.
Le doute scientifique émergera peu à peu de cette attitude de mise en doute : les vérités de l'église, par définition, sont des vérités révélées, donc admises. Or, au XVIIe siècle, il fallut tout un travail de grands esprits issus de l'humanisme pour faire sortir du corpus religieux certaines vérités qui n'avaient pas de rapport ontologique à la religion. Au centre de multiples débats, les querelles tournant autour de l'astronomie et de la question de savoir si la Terre ou le Soleil était au centre de l'univers sont les plus connues et médiatisées.
La science nait donc de cette confrontation entre observations par des hommes de science, publication de ces mesures (comme les tablettes périodiques des planètes), et, au départ, des vérités que l'église avaient intégrées dans son enseignement depuis presque mille ans, mais qui, de procès en procès, puis en querelles, disputes, polémiques, vont amener à séparer ce qui relève du religieux et ce que les hommes de l'époque nommaient la philosophie naturelle et que nous nommons sciences.



Ce doute là, c’est le doute scientifique. Qui a été au cœur de mon évolution bien entendu.

Est-ce qu’on pourrait programmer ça ? Pas évident. Mais pourquoi pas.

Il faudrait construire une sorte de système expert, enregistrant tout ce qu’enseigne une religion. Le genre de travail qui a été fait pour le catholicisme
- Enchiridion symbolorum, par Henrici Denzinger (Herder 1950). Assez gros bouquin en latin. Peu utilisé. On se contente en général du Credo, ou du catéchisme. Ensuite on peut construire un autre système avec les faits scientifiques admis et traitant des mêmes sujets.

Et mettre du doute quand il y a contradiction (la terre est-elle plate)…

2. Le doute, au sens plus général « Le doute est une interrogation. Il peut être le pressentiment, limpression dune réalité différente. Il soppose à la certitude, notion de ce qui est sûr et qui nest pas discutable. » (Wikipedia).

Mais cette définition est encore bien partielle. Il s’agit d’un doute sur la réalité d’une assertion.

Le doute devient important quand il porte sur ce que l’on veut ou doit faire. Dois-je prendre la mer alors que la météo …
Et en justice. Un procès vise précisément à lever le doute sur une accusation. Et l’accusé s’en sortira peut-être « au bénéfice du doute ».

Là, c’est certainement programmable, même si mon petit exemple est évidemment simplite.

Je parle de ça dans la partie 8.7 de « La recherche d’une vie ».

3. Le doute est aussi très présent dans le livre de Scharre sur les armes autonomes. La question se résume à « faut-il tirer ou pas »
. Il commence par une expérience personnelle, quand il était dans le bled afghan et qu’une petite gardeuse de chèvres est passée par là. Innoncente ou complice des talibans ?

Ensuite il s’étend longuement sur la prise de décision par l’engin autonome ou par l’homme qui le contrôle.

Et tout le bouquin tourne autour d’un doute : faut-il construire des armes autonomes ?

Sa conclusion : il ne faut pas, mais tous les pays le feront s’ils se sentent trop menacés.


en supposant qu’il n’y aura pas un ouragan dans les heures qui viennent.
On ne suppose pas : dans les heurs qui viennent (et dans la Manche) on est aussi certain que l'on peut l'être (statistiques).
Dans les heures qui viennent à la Martinique, ça peut arriver (ce sera prévu à - 2 jours)
Je pense qu'il y a un domaine de définition de la fonction prévisions. D'ailleurs le bulletin marine donne des probabilités depuis 2015
Actuellement :
le 24 fiabilité 95
le 25 ... 90
le 26 ... 90
le 27 ... 80
le 28 ... 75
le 29 ... 70
le 30 ... 65
le 01 et suivants ... non mentionné

Et on est dans unee situation assez simple d'anticyclones. C'est rare.




ggggggggggggggggggggggggggg

Pourquoi, par quelle nécessité, L’Église en est-elle arrivée là ? Peut être par nécessité sociale plus que par escroquerie. Comme dans le Brexit le "chef" suit le désir inconscient de ses troupes.
Bonne question.
Idée : sans doute une synthèse était impossible entre le christianisme traditionnel et « la science ».
J’ai rouvert Teilhard il y a quelques jours. C’est de la rêverie. Superbe, mais finalement aussi vide que la Somme Théologique.

Vaste sujet…
Alors il y a eu trois attitudes :

- les traditionalistes, qui ont dit plus ou moins m… à la science (mon frère Jean-Marie, les évangéliques et les créationnistes…)

- les renégats comme moi, qui sont passés à l’athéïsme (moi, mon frère Joël)
- différents degrés de « collabos » par exemple mon frère Marcel, disciple des Jésuites, qui est resté croyant jusqu’au bout, mais en faisant omerta sur tous les problèmes difficiles ; l’Eglise romaine est à peu près dans la même situation.
Bon, c’est juste comme ça.





L'athéisme n'est pas une religion


Dans une religion, il y a toujours des gens qui parlent au nom de Dieu. Moïse, Jésus, Mahomet. Et plus ou moins un clergé qui parle en leur nom.

Dans une relgion, il y a le mot « relation ». On peut prier pour demander, remercier, honorer. Ca n’a pas de sens pour un athée.

Mais surtout, pour la plupart des athées, ce n’est pas « un sujet ». C’est une question qu’ils ne se posent pas, sauf quand ils essaient de comprendre les croyants.

Alors le vrai problème, c’est la laïcité. Pas simple.


Pourquoi avoir une conviction ?
Tu ne peux pas t'en foutre ?

Crois moi, tu perds quelque chose.


Judaisme : le Talmud est l'assembleur du monothéisme.


Le 25/11/2020 à 12:29, Pierre Berger a écrit :
Provenance : Courrier pour Windows 10
De : Alain Le Boucher
Envoyé le :mardi 24 novembre 2020 17:49
À : 1 Pierre Berger
Objet :Dissertation
Je ne quitte pas seulement l'Eglise, mais toute religion.
Pour quoi passer d'un extrême à l'autre.
J’y réponds dans mon texte de deux façons :

- sur le plan théorique, l’existence de Dieu conduit à des contradictions dans toutes les religions monothéistes
- sur le plan pratique, je suis allé voir un peu partout : protestantisme, judaïsme Islam, « religions orientales » ; je n’y ai rien trouvé qui m’attire, pour ne pas dire pire.
Je ne crois pas que mon athéïsme soit une religion. C’est ma conviction jusqu’à preuve du contraire.
En attendant, l’actualité me confirme tous les jours dans ma conviction qu’aujourd’hui les religions font plus de mal que de bien.

Je ne vais pas jusqu’à faire croisade contre les religions. Mais je devrais peut-être. Là, jje suis un peu collabo. Par exemple avec, toi, je sais qu’il ne sert à rien de critiquer le judaïsme. Donc on parle d’autre chose. Comme autrefois avec Marcel sur les anges, l’enfer ou la pédophilie.




Adresses IP site pour les identifier s qui te disent à qui appartient l'IP comme
https://www.ultratools.com/tools/ipWhoisLookup
https://www.arte.tv/fr/videos/100768-000-A/angela-hewitt-joue-les-variations-goldberg/


Esquissee d'une histoire de la relation clientèle
Une des parties prenantes majeures
Apparaît au néolitique, le marché, les clients
Essentiellement des lieux. Quelues traces, tablettes
Relation essentielleemnt personnelle
Quoique aussi, la banque, la lettre de change
Puis le grand livre comptable
1910 Les plaques adresses, métalliques en relief ou stencysµ
1930 Cartes perforées pour la facturation (EDF, Assurance). Un peu de calcul
Présentation plus jolie
Mon idée de journal sur mesure
1970 machines à écrire pour courrier personalisé. Génération de texte>
Prospection par la presse. C'est la presse qui a les fichiers de clientèle
Logiciels de gestion commerciale
La CRM
Les cartes de fidélité
Le Gafa et la personnalisation, le produit lui-même est adapté au client. Automatismes
Téléperformance, centres d'appel
Chatbots
Le market automation . Niveau de plus de la personnalisation de la prospection





5G
- Pourquoi la 5G est bonne pour l'environnemnet. Le point de vue de Gilles Babinet (Echos 28/7/2020). "Ces nouveaux usages seront non pas portés par les consommateurs finaunx, mais par les usages professionnels à plus de 80%" </br>

Associations
- Des victimes collatérales du Coid. Le monde associatif subit une chute de ses ressources, peu compensée par les dispositis d'aide de l'Etat (Le Monde 7/11/2020)</br>

Cellule de crise
- Plongée dans la cellule de crise Covid à l'hôpital (Fontainebleau)</br> (Le parisien 7/11/2020)</br>
- PC Jupiter à l'Elysée (Le Monde 7/11/2020)</br>



Cloud
- Le cloud, Graal des géants américains du numérique. L'informatique dématérialisée pèse de plus en plus lourd dans le succès économique d'Amazon, Microsoft et Google. (Le Monde 7/11/2020)</br>

Coconception
- La coconception consiste à impliquer au maximum l'utilisateur final, ou futur client, dans le développement du produit. Hipli tente la coconception pour ses colis réutilisables (Echos 6-7/11/2020)</br>.

Coopératives vinicoles
- Grappillent du terrain. Le Monde M, 9 ou 10/2020)</br>

Ecologie
"L'écologie peut sortir les institutions de leur torpeur démocratique", Lucile Schmid, vice-présidente du laboratoire d'idées La Fabrique Ecologique (La Croix, sans doute été 2020)
</br>
Laïcité
- Le principe de laîcité s'impose à l'Etat, pas aux associations ni aux citoyens (Le Monde 7/11/2020)</br> Interview de Jean-Claude Bardou, juriste. Il retrace l'histoire de la naissance, dans la douleur, de la loi 1901. Elle permet d'assurer un cadre solide pour toutes les religions. </br>

La LIBERTÉ, OUI...mais n’oublions pas :

  • « ma liberté s’arrête là où commence celles des autres » . Sans ce respect , il y a agression., même involontaire. Ainsi la réédition des caricatures de Mahomet ne pouvait être reçue que comme une provocation très dangereuse dans le monde actuel. Monsieur Macron aurait dû ici être neutre au lieu de s’affirmer en fanatique de la laïcité. Cette mise de pétrole sur le feu coûtera cher à la France et à l’Europe, déjà hier soir à Vienne.

En Belgique, plutôt que de laïcité, qui n’est souvent qu’une religion non transcendantale, la constitution parle de neutralité, en particulier dans les écoles. La neutralité permet beaucoup plus de liberté, d’égalité, et de fraternité
Oui, je comprends, plus difficile à objectiver en France. Sans te mettre du tout dans ce groupe, la laïcité est devenue souvent, particulièrement en France, une religion non transcendantale mais avec ses Vérités à priori, souvent érigées en lois qui empêchent l’écoute des autres, indispensable dans la neutralité. Celle-ci doit être respectueuse mais ferme.

Pour information, un ami professeur émérite de droit à l’UNamur , ancien provincial des Jésuites francophones de Belgique, m'a aussi déjà répondu :
« je suis tout à fait d’accord avec toi »

Librairie
- Librairies indépendantes, l'Etat remboursera les frais postaux pour les livres (Echos 6-711/2020)</br>
- Désolé Amazon. A partir de lundi, tous ceux qui, comme nous, souhaitent soutenir le commerce de proximité pourront à nouveau acheter leurs livres auprès de leurs libraire. Rendez-vous sur l'application Intermarché pour commander. Publicité (Le Parisien 5/1/20201)</br>.

Musique
- Voir Centre national de la musique

Police
- Policiers filmés en intervention."Ces vidéos nouis mettent en danger, nous et tous nos proches" (Le Parisien 9/11/2020) </br>

Sens
- Maximiser sa valeur économique, la raison d'être d'une entreprise. Point de vue de Jean-Charles Simon, économiste, président de Stacian (Echos 28/7/2020)</br>. </br>

Police

- <a href = "https://www.nytimes.com/2020/10/21/technology/facial-recognition-police.html">Reconnaissance faciale et police</a></br>

Beethoven
  • Notes sur les sonates
5. Douceur de Barenboïm, ça se lance, se calme, petites répétitions.... fort puis repart doux; ou le contraire
101. Notable. Un peu du Bach
111. Encore plus abstraite

Démocratie des systèmes d'exploitation

lié à algorithmique
a fortiori deep learning. une sorte d'égalité des "neurones"
analogie avec le biologique

Inégalités dues à l'informatique


Moins d'inégailités
La fracture numérique. Dépassé avec les mobiles.
Tout le monde accède aux réseaux sociaux et d e multiples services

Plus d'inégalités

=====Gouvernance de l'art ===== Le fiasco des politiques culturelles Echos 26/102020. Causes : - le ministère de la Culture a dédaigné les acteurs socioculturels proches du terrain; l'Education nationale n'a pas joué son rôle pour réduire les inégalités - les politiques culturelles n'ont pas fait le poids face aux Gafa - Des artistes sous surveillance. Du politiquement corect à la "cancel culture" il n'y a que quelques pas à faire. Echos WE 23-24/10/2020 - A quand une juste rémunération des artistes sur Internet ? Une page de publicité payée par des artistes LM 30/9/2020 - Enseignants et artistes même combat. Chronique de Michel Guerrin Le Monde 24/10/2020 . Des postures de plus en plus fréquentes : ne pas heurter
Filtrer :  -  :  aaaaa  c  esze  fVAQS  fVAQSs  fz  l  ll  mm  n  nf  pp