Avant 1700


Retour aux décennies Retour à l'accueil mansonnien . Dernière révision le 2/11/2021

Voir les chapitres de Georges Poisson :
- L'aurore d'un village
- Long oeil, dents longue
- Le chef-d'oeuvre de François Mansart
- Les marquis de Maisons

Le contexte


Il n'y a pas de restes préhistoriques. On a trouvé quelques restes d’occupation gallo-romaine. L'occupation a dû être plus importante à Sartrouville, comme en témoigne son nom, abréviation de "Sartorius villa" (villa au sens latin, c'est à dire domaine agricole complet).


Le développement du christianisme a conduit à cultiver la vigne même là où le climat n'était pas trop favorable, car le vin était nécessaire à la célébration de la messe.



  • Et notre document le plus ancien : le 2 juin 1547, le testament de Jean_de_Montmirail GG_24

La population

On a l'Etat-Civil à partir de 1547 (registres paroissiaux) mais pas toutes les années?
La population est au plus de quelques centaines.


La vie économique


Les premiers mansoniens seraiet des moines, au 5e siècls. Sans doute bénédictins, et non des ermites. Donc, selon la règle de Saint Benoit, ils "prient et travaillent", probablement à la vigne, qui va rester de tradition à Maisons assez longtemps : il y a une rue des Vignerons et le parcellaire, dans le haut de la ville, garde trace d’un découpage en longues bandes assez typique.

Les champignons, peut-être ? En tous cas dès qu’il se creusera des carrières, mais plutôt au Mesnil.

Puis, plutôt infertile, la terre de Maisons, va sans doute reste inhabitée, entre Seine et forêt, sous la domination d’abord lointaine des seigneurs.

La forêt est une ressource, notamment en bois de chauffage et en gibier. Mais les accès en sont limités pour les Mansonnienrs, c’est terre royale, surtout pour la chasse. .

A quelle époque la construction du grand mur qui la clôture ?
La population se compte en centaines d’habitants, avec une progression assez régulière.

A quelle époque la construction du grand mur qui clôture la forêt. Louis XV ?
La population se compte en centaines d’habitants, avec une progression assez régulière.

1679 1756 Droit_de_pâture_des_habitants_de_Maisons DD_2
1679 1763 Récolte_des_foins_avis_d’adjudications DD_3
1618 Biens_communaux Copie_de_déclaration DD_1


La religion


Fin 8eme siècle, le village passe sous la domination du Prieuré, qui y établit une vingtaine de colons.
740 Edification d'un prieuré (Poisson p.10)


Maisons n'a jamais été une ville très religieuse. Ce sont peut-être des moines qui en ont été les premiers habitants (après quelques gallo-romains).

Les premiers mansoniens seraiet des moines, au 5e siècle. Sans doute bénédictins, et non des ermites. Donc, selon la règle de Saint Benoit, ils "prient et travaillent" (ora et labora).

Au XIIeme siècle, la première église de Maisons. De cette époque, il ne reste que le clocher de l'ancienne église: elle était alors la chapelle du prieuré bénédictin de Maisons-Laffitte, qui déménagera par la suite pour s'installer rue du Mesnil.

En partie détruite au cours de la guerre de Cent Ans, elle est reconstruite au 15e siècle. Elle fut désaffectée en 1896 et devint une salle polyvalente en 1988

Au fil des siècles, la paroisse progresse. Au XVeme siècle, l'Eglise se reconstruit. Le château, lui, passe par ses heures de gloire ou de déclin. Tantôt reconstruit dans sa splendeur actuelle par le comte d'Artois et Mansart, tantôt remis au coeur d'une vie nouvelle, fantaisiste et mondaine, par Laffitte, tantôt triste et déserté. Pour la paroisse, la vie continue et, comme l'écrit Pierre Dhers "C'est dans le cadre des paroisses, non des seigneuries, que s'organisa peu à peu la vie civile. Les habitants des paroisses formèrent des communautés qui délibéraient de leurs intérêts propres. Elles apparaissent du XIeme au XIIIeme siècle".

Vers 1565, Jean Sébille, curé
Vers 1600, Pierre Poulet, curé
De 1606 à 1625, Simon Barbier, curé
BAC 2019 « Simon Barbier, curé de Maisons-sur-Seine de 1606 à 1625 » : Béatrice Vivien
1620. Messire Simon Barbier, bienfaiteur. Fondation de messes Vielle église: partie romaine, partie gothique

De 1625 à 1639, René Droullin, curé
En 1639, Gilles Aubry, curé
Vers 1660, Benjamin Anquetin, curé
Vers 1674 François Malpeau, curé
Vers 1684 Edme Guéniot, curé
De 1684 à 1700, François Lebreton, curé

La politique


En 1692, les maires sont des offices qui s'achètent au pouvoir royal.