Du courage au service de la démocratie




Retour à l'accueil mansonnien . Dernière révision le 9/5/2022


Entre le pénible spectacle des conseils municipaux et les superficiels échanges des réseaux sociaux, peut-on encore espérer chez nous une démocratie qui dépasse le minimum légal.?

Et bien oui ! Un groupe de citoyens, non partisan, vient de montrer sa capacité à réfléchir, à exprimer les voeux des Mansonnienrs. I

En mars, ils ont loué à leurs frais une salle à l'hôtel Ibis et travaillé sur les enjeux et les objectifs possibles. Ils ont invité tout le monde, mais le maire s'est opposé à toute participation de la majorité.

Si, vous aussi, vous avez un peu de courage pour réfléchir, lisez le, compte-rendu ci-dessous, envoyez vos remarques aux organisateurs et réclamez la consultation citoyenne en signant la pétition.

P.B. 9/5/2022


« A votre écoute pour l’avenir du quartier du marché »

Synthèse de la réunion publique du 11 mars 2022. Organisée par l’ADDQMML

(Association de Défense et de Développement du Quartier du Marché de Maisons-Laffitte)




1. Le contexte

En 2017, le Conseil Municipal vote la vente du parking du marché pour un projet d’immeuble de bureaux avec un parking souterrain payant.
Après avoir essayé de dialoguer avec la mairie, l’ADQQMML entreprend une action en justice contre ce projet pour lequel les Mansonniens n’ont pas été consultés.
En 2021 la Cour Administrative d’Appel annule le vote du Conseil Municipal. Le projet de 2017 est abandonné.

Début 2022, la mairie a annoncé vouloir un nouveau projet pour le parking du marché. Son objet : vendre le terrain, y laisser construire un « pôle de santé pluridisciplinaire » et un parking
souterrain. Très peu d’informations sont disponibles sur ce projet, y compris dans le règlement de consultation sur le site web de la ville qui n’a laissé que quelques semaines aux candidats
pour élaborer une offre. La mairie lance un nouveau projet, sans concertation et refuse tout dialogue. Et maintenant ?

Or le quartier du marché est central dans Maisons-Laffitte. Il est situé entre l’avenue de Longueil, la rue Mermoz (voie ferrée), la rue de la Muette (limite du parc), et jusqu’au centre aquatique et au collège Cocteau. C’est un quartier où coexistent habitations, circulations, commerces, services, lieux de vie.

Aujourd'hui Maisons-Laffitte fait face à de nombreux enjeux, parmi lesquels un fort regain pour le local et le commerce de proximité ; une activité du marché, auquel tous les Mansonniens sont attachés, qui reste très fragile ; un centre-ville qui se densifie fortement ; une circulation difficile dans des rues étroites ; un parc de bureaux pléthorique que le développement du télétravail rend inadapté. La place du parking du marché reste le dernier terrain libre, non construit, du centreville. Ce terrain appartient à la ville, à tous les Mansonniens. Il est un lieu parfait y pour réaliser un projet d’utilité collective.

L’ADDQMML a demandé à la ville l’élaboration d’un programme d’aménagement, un programme d’actualité et ambitieux pour l’avenir de Maisons-Laffitte, intégrant toutes les dimensions relatives au développement harmonieux de notre commune et plus particulièrement de son centre-ville, en y associant tous les Mansonniens, les associations représentatives, les
commerçants, les entreprises, en dépassant les clivages issus des projets anciens aujourd’hui dépassés.

2. La réunion publique


Devant l’absence de réponse de la mairie et son refus de consulter les Mansonniens, otre association ne baisse pas les bras. Elle a organisé une réunion publique le 11 mars dernier.

Tous les conseillers municipaux étaient invités à y participer. 40 Mansonniens y ont participé .Organisés en 4 groupes de travail, ils ont réfléchi aux enjeux du quartier et esquissé de premières solutions.

3. Les enjeux


Tous les groupes ont dressé un constat largement convergent sur les enjeux du quartier.

3.1 La circulation

• Le quartier est pénalisé par des rues étroites et des voies d’accès peu nombreuses.
• La circulation y est compliquée, voire dangereuse à certains endroits pour les piétons et les cyclistes, particulièrement le samedi matin, jour de marché.
• Le parking, gratuit, est utilisé pour le marché, mais aussi par les utilisateurs de la gare à proximité. Il est pratiquement toujours plein.
• L’absence de transport en commun desservant directement le marché ne permet pas réduire le flux de voitures, notamment en provenance du parc.

3.2 Cadre de vie, patrimoine bâti et naturel du quartier

• Le quartier comporte deux zones :
o Une zone majoritairement pavillonnaire entre la rue Pasteur et le Centre aquatique, avec de belles maisons et plusieurs grands jardins rue Pasteur et Maison Neuve.
o Une zone entre l’avenue de Longueil et la rue de Lorraine qui se densifie fortement avec la construction de nombreux immeubles, initiatives privées menées sans cohérence d’ensemble.

• Il n’y a pas d’espace vert public dans le quartier, ni d’espace de jeu pour les jeunes enfants. Il faut sortir du quartier, c’est plus ou moins facile pour les personnes âgées et les enfants en bas âge.

• Le quartier ne présente pas de lieu de rencontre agréable. Les seules places, petites, (le long de l’église St Nicolas, près de la passerelle du marché) sont très minérales et dépourvues de banc.

• Tous les groupes s’inquiètent de la densification du quartier avec de moins en moins d’arbres dans la ville, de moins en moins d’ilots de fraicheur pour les prochaines canicules.

• Le quartier manque d’animation, hormis les jours de marché.

3.3 Développement du quartier en commerces, locaux communaux, de vie associative


• Le regret de la disparition de la quincaillerie de la rue des Plantes
• Le regret que les commerces soient quasiment concentrés avenue de Longueil, qui n’est pas extensible.
• Une extension et une dynamisation de l’activité commerciale dans le quartier est souhaitable. Cela concourrait à soutenir et développer l’activité du marché.
• Les locaux communaux présents dans le quartier sont principalement situés rue du Fossé (mairie annexe, espace jeune). Ils n’amènent pas d’activité au quartier.

3.4 Devenir et aménagement du marché

• L’attachement des Mansonniens à leur marché est important.
• Il n’y a pas de synergie entre l’activité commerciale avenue de Longueil et celle du marché. Le marché est coupé des autres commerces.
• Cet endroit n’est utilisé que deux jours par semaine, diverses actions pourraient être menées afin d’utiliser davantage cet emplacement.
• L’accès au marché est difficile, surtout le samedi matin, via des rues étroites et trottoirs étroits où doivent passer en même temps piétons, cyclistes et véhicules. En particulier
la circulation est difficile rue des Plantes et Maréchal Gallieni.

4. Esquisses de solutions


Après un partage général des enjeux, les groupes de travail ont esquissé des premières solutions, pas forcément les mêmes, ni nécessairement concordantes.

Tous les groupes veulent voir l’activité commerciale et l’animation du quartier se développer.

Plusieurs idées ont été émises :
• Réaliser des animations autour du marché (brocante, vide grenier, AMAP, café-terrasse, kiosque, livraison…)
• Installer un distributeur de billets
• Créer une aire de jeu au marché pour les enfants, surveillée pendant les marchés
• Organiser des expositions temporaires
• Etudier la possibilité d’utiliser le marché en dehors des samedis et mercredis matins (par exemple marché aux fleurs). La séparation, au sein du bâtiment du marché, d’un ou plusieurs espaces accessibles en dehors des jours de marché devrait être étudiée.
• .Implanter de nouveaux commerces :
- sur les rues en liaison avec le centre-ville, plutôt qu’autour du marché, si cela ne forme pas un pôle commercial assez dynamique et permanent.;
- autour du parking du marché ; la localisation au sein de ce quartier d’un équipement public drainant régulièrement des visiteurs serait très favorable à l’essor commercial du marché et à celui des autres commerces situés entre ce dernier et le centre-ville.
• Le déplacement de la bibliothèque a paru envisageable.
• D’autres groupes ont envisagé la création d’une maison des associations, et d’une maison des services publics.

Afin d’améliorer la circulation dans le quartier, il est proposé d’engager une réflexion d’ensemble sur les flux actuels et futurs de clientèle du marché (mal connus dans le détail) et sur la complémentarité des différents modes de transport.
• Il semble judicieux de développer une offre de transports en commun en ciblant prioritairement les populations démunies de véhicule, par exemple en proposant un système de navettes accessibles depuis les différents quartiers de Maisons-Laffitte.
• Tous les groupes proposent que des navettes soient mises en place pour desservir le marché.
• La question du maintien du stationnement sur la rue de la Muette a été posée du fait des difficultés de croisement sur cet axe

Tous les groupes proposent la piétonisation, au moins le samedi matin, de la rue des Plantes et du Maréchal Gallieni dans son prolongement. Un accès au parking pour les voitures pourrait se faire par la rue de Lorraine et la rue de la Maison Neuve, surtout si l’on veut étendre les espaces piétonniers entre le marché et le parking.

Pour le parking du marché, tous les groupes veulent voir maintenue une capacité de stationnement au moins identique à actuellement (132 places), en parking gratuit au moins les
jours de marché. Tous les groupes veulent qu’une partie du terrain (voire toute) devienne un espace public en plein air, agréable, avec des arbres.

Plusieurs mises en œuvre pas nécessairement concordantes ont été envisagées :
• Sanctuarisation d’un parking à ciel ouvert avec un revêtement non goudronné, avec des végétaux pour le rendre plus joli. On ne construit rien, ni au-dessus, ni en dessous.
• Verdissement de la parcelle pour en faire un parc. Création d’un parking souterrain. La gestion de ce parking sous le contrôle étroit de la ville constituerait un moyen de maitrise de cet équipement.
• Regrouper sur le terrain des activités dispersées sur Maisons-Laffitte ou non présentes : maison des associations, maison des services publics, agora pour manifestations festives.
• Création d’un parking souterrain. Implantation de nouvelles activités commerciales et restaurants sur une partie de la parcelle. Parc, jardin et arbres sur le reste de la passerelle.
• Envisager l’utilisation de places de parking des immeubles neufs le long de la voie ferrée.
• Désenclaver l’accès à la parcelle du parking du marché par la création d’un accès depuis la rue de la Muette.
• Verdissement de la placette du marché près de la passerelle, installation de bancs publics (à l’ombre).

Plusieurs idées ont été avancées à propos de la maison à vocation médicale :
• La maison médicale ouverte rue des Plantes cherche encore des médecins (ou paramédicaux). Actuellement, il ne manque pas de locaux pour les médecins ; nous
manquons de médecins !
• La MGEN a des locaux dans le parc près du champ de course qui pourraient être mis à disposition de médecins qui voudraient s’installer.
• Soutenir le développement des services de santé dans le bâti existant disponible, comme les locaux vides rue Mermoz.

A propos du bâti tous les groupes demandent une meilleure maîtrise de la densification du quartier. Un groupe demande l’arrêt total de la densification du quartier, surtout entre Longueil et
Lorraine, où beaucoup d’immeubles ont été construits ces deux dernières années (cf. carte).

Tous les groupes demandent la préservation des espaces verts des grands jardins et belles maisons, notamment dans les rues Pasteur et Maison Neuve.

Un groupe suggère que la mairie conserve la possibilité de piloter les projets lors de la vente de terrain plutôt que de laisser l’initiative aux promoteurs en privant la ville de toute marge de
manœuvre. Cela pourrait prendre la forme d’une modification explicite et volontariste des documents d’urbanisme, que ce soit avec une ambition ciblée sur quelques parcelles ou bien
dans un cadre d’aménagement plus large.

Dans la perspective où des travaux importants seraient réalisés sur le parking du marché, un groupe propose que le marché soit déplacé pendant les travaux, par exemple sur l’hippodrome
qui dispose de places de stationnement proches, et que soit créé un service de navettes pour y accéder depuis le centre-ville. En toute hypothèse, des solutions viables doivent être trouvées pour maintenir l’activité des commerçants permanents, dont le départ pourrait entrainer à terme
la disparition pure et simple du marché.

5. La carte des enjeux




6. Conclusion


Les participants à la réunion ont exprimé leur vif intérêt pour les échanges réalisés ce soir-là. Ils ont en particulier apprécié travailler avec une carte du quartier permettant de visualiser
concrètement les éléments discutés.

Nous en ressortons davantage convaincus qu’une démarche participative impliquant élus, habitants, commerçants et professionnels, associations représentatives, est la bonne démarche pour construire ensemble notre ville, au service de sa qualité de vie et de son dynamisme.

Ce document sera partagé avec le Maire et la totalité des membres du conseil municipal. Nous demanderons une rencontre pour pouvoir le présenter en espérant que pour une fois nous ne
serons pas ignorés.

Nous examinerons avec la plus grande attention le nouveau projet de la mairie concernant le parking du marché.


Qui sommes-nous ?


L’objectif de l’ADDQMML, créée en 2017 et forte de 135 adhérents, est que le quartier du marché soit un lieu agréable où il fait bon vivre. Notre objectif est plus large que le sujet du marché et de son parking.

Notre association œuvre pour développer les liens entre les habitants et la qualité de vie dans le quartier. Elle agit en faveur du développement des espaces publics partagés, notamment les
espaces verts, la circulation douce et l’insertion architecturale des nouveaux projets de construction. Elle peut décider des actions dans le cas de tout projet prévu dans le quartier ne lui semblant pas correspondre aux besoins des habitants du quartier du marché et plus globalement aux besoins de la ville de Maisons-Laffitte.

Vous pouvez nous contacter à addqmml@gmail.com et rejoindre l’ADDQMML