Courageux et persévants au service de la démocratie


Entre le pénible spectacle des conseils municipaux et les superficiels échanges des réseaux sociaux, j'en était à me demander s'il était possible de faire fonctionner chez nous la démocratie au delà du strict minimum légal.

Or un courageux groupe de citoyens, non partisan, vient encore de montrer sa capacité à réfléchir, à proposer, à se battre si nécessaire pour exprimer les voeux des Mansonnienrs et, si nécessaire, pour se battre. Ils consacrent le temps et l'argent qu'il faut pour obtenir des résultats.

En mars, ils ont loué à leurs frais une salle à l'hôtel Ibis et travaillé sérieusement sur les enjeux et les objectifs possibles. Ils ont invité tout le monde, mais le maire s'est opposé à toute participation de la majorité. Seule une maire adjointe a osé y participer, au prix de se faire traiter d'andouille au conseil municipal suivant.

Le résultat de ce travail est maintenant rédigé, et transmis à tous les élus.

Il est encore temps de se mobiliser, rien n'étant décidé avant le conseil municipal du ... et notamment de signer la pétition.

... et d'espérer que notre maire entendra la voix des citoyens avant de sacrifier un magnifique espace public en plein centre ville.

En d'autres temps, il avait organisé une belle concertation, notamment pour le grand ilôt rue Longueil Pourquoi pas aujourd'hui ?

De toutes façons, il n'y a pas d'urgence. A part quelques trous à boucher, mieux vaut le parking actuel que n'importe quel cube de béton (c'est un des thèmes qui remonte le plus souvent dans les réseaux sociaux,





L'enjeu : le parking du marché. Un projet ancien, qui semblait avoir une légitimité économique à l'origine, mais lancé sans consultation des riverains et a fortiori des autres Mansonnienrs, et criticable dans son montage technique et financier. Une association, l'ADDQML se fonda pour s'y opposer, et obtint gain de cause terme d'un long processus judiciaire.

Heureusement, car l'environnement économique a changé, et si l'asociation ne s'était pas battue, nous aurions un cube de béton plein de bureaux vides sur ce bel espace public.

Ma