Nos pharmacies, une espèce en voie de disparition ?


  • . . . . . . . .

Retour à la santé mansonnienne . Retour à l'accueil mansonnien . Dernière révision le 21/10/2022



  • . . . .
De gauche à droite : rue des Loges, rue du Gros Murger, avenue de la Pelouse

Déjà, hors Longueil, il n'y a plus de pharmacies chez nous : elles ont fermé rue Croix-Castel, rue des Loges, rue du Gros Murger, avenue de la Pelouse... et j'en passe sûrement.

Mais les plus importantes, celles de Longueil, sont elles aussi menacées à terme.

La délivrance de médicaments, fonction de base, laisse des marges réduites, étroitement définies par l'Etat. Et le travail de conseil et de soutien humain qui les accompagne n'est pas rémunéré du tout (à ma connaissance). Son fonctionnement actuel laisse rêveur : lecture (et scan) de l'ordonnance du médecin, saisie des médicaments remis, impression de leur liste au verso de l'ordonnance... A terme, la solution est radicalement simple : à partir de son ordinateur, le médecin envoie l'ordonnance à un "dark drugstore" qui les délivre rapidement au domicile du malade.

Le paramédical (médicaments sans ordonnance, soins de beauté, produits pour la petite enfance... ) est de plus en plus concurrencé par les grandes surfaces.

Avec le Covid, de nouvelles tâches incombent aux pharmacies : détection Covid, vaccination. Mais comment sont-elles rémunérées ? Et elles n'ont pas besoin des espaces commerciaux actuels. C'est un autre métier.

Ce n'est pas une catastrophe, bien au contraire


La disparition des pharmacies dans leur mode actuel n'est pas une calamité nuisant à la "bio-diversité" de notre planète !

L'organisation actuelle est en effet catastrophique, en particulier parce qu'elle emploie du personnel de haut niveau pour des tâches de routine. Et qu'elle oblige souvent les patients ou leurs aidants à faire la queue alors qu'ils pourraient trouver leurs prescriptions dans leur boite aux lettres sans se déranger... sans prendre leur voiture et aller encombrer les parkings du centre-ville.

C'est peut-être une des raisons qui décourage les candidats à ce métier : à quoi bon faire huit années d'études après le bac pour faire le métier d'une caissière ?

L'évolution est intéressante aussi parce qu'elle ferait revenir la pharmacie dans le domaine des rapports humains, qui ne se marient pas trop bien avec les impératifs financiers du commerce. Ceci est à rapprocher d'une autre évolution du monde de la santé : la réapparition des associations comme structure majeure.

C'est quand même une catastrophe... pour les propriétaires des pharmacies. Je pense à celle de la rue des Loges, en particulier. Elle a fait toutes sortes d'efforts pour relancer son activité, notamment une rénovation du bâtiment et un essai de franchising. Rien n'y a fait. En revanche, elle a pu reclasse son personnel, qui a été repris par la pharmacie du Mesnil, plus haut sur l'avenue. Pour le personnel, d'une manière générale, l'évolution devrait être bienvenue, au moins pour le personnel qualifié, puisque l'on manque de pharmaciens comme de médecins.

P.B. 21/10/2022

Le point de vue d'un expert parisien


Les pharmaciens, même si cela n’est pas sur la place publique, savent que leur activité est en crise profonde depuis déjà plusieurs années, avec à terme leur disparition si tout reste en l’état : leur activité para-pharmacie est fortement concurrencée par les super/hyper marchés. L’activité médicaments connait des marges réduites du fait de la politique de la Sécurité Soiale et des génériques. Et ils savent que le « tout-tout de suite à domicile » va arriver.

Amazon a lancé un service de vente et de livraison de médicaments (sauf opioïdes) sur ordonnance en ligne et par téléphone, baptisé "Amazon Pharmacy" en novembre 2020 dans 45 états aux Etats-Unis . Les distributeurs pharmaceutiques (comme l’OCP) y joueront leur survie.

Cette situation a déjà une conséquence en France : il est difficile de vendre une pharmacie depuis déjà pas mal de temps…. Par exemple, dans un seul arrondissement de Paris, une pharmacie est en vente depuis 2 ans. Une autre a fermé. A Nice, une pharmacie en plein centre a mis 3 ans pour trouver un acquéreur.

On connait la solution : passer du Produit au Service. Ce que le Covid a précipité. Le pharmacien est médecin. Il faut lui accorder le droit à certaines prestations : vaccins, tests, pré-diagnostic, filtrage des urgences, … La décision prise pour le vaccin de la grippe est un bon exemple : Avant il fallait aller chercher une ordonnance chez son médecin, aller chercher le vaccin à la pharmacie, retourner chez son médecin ou un infirmier pour se faire vacciner. Depuis le 18 octobre, il suffit de se présenter dans certaines pharmacies sans prendre RV pour être vacciné immédiatement…..Enfin !

Quant à la pénurie actuelle de pharmaciens, elle va de pair avec la pénurie de médecins, puisque la formation et le numérus clausus sont liés.Cela ne fera qu'accélérer l'évolution".

Jean Coat