Le parcours technique et industriel


Ebauche

Retour aux itinéraires

Il y a peu d'ateliers et d'usines à Maisons-Laffitte, et bien sûr on ne les visite pas sans raison particulière.

Noter en particulier :
- un atelier d'horlogerie de haut niveau rue de l'Union
- une entreprise de serrurerie rue du Clos
- des entreprises informatiques rue Croix-Castel et dans le centre d'affaires de la rue des Côtes
- de grands immeubles de bureaux rue Mermoz, avec des essais de co-working.

D'un point de vue historique, c'est la distribution de l'eau qui a d'abord marqué le paysage technique, avec le moulin installé sur le petit bras de Seine. Il n'en reste que les piliers.
Puis les égouts (dates à préciser)
Puis c'est le chemin de fer, avec ses voies, ses ponts, ses belles locomotives autrefois à vapeur (merci pour les nuages de poussière), et maintenant électriques.
L'éclairage s'est répandu progressivement. Assez tard dans le parc (discussions à ce sujet au début du XXeme siècle).
Puis le gaz d'éclairage, devenu gaz naturel et servant essentiellement au chauffage (ies feux de bois dans les cheminées sont désormais interdits (à vérifier))
Puis l'électricité et le téléphone.
Puis l'automobile avec ses nuisances comme son irremplaçable effficacité, sans parler de ses plaisirs.

Aujourd'hui, l'essentiel de la technique relève de la transformation digitale. Mais cela ne se voit guère, en dehors de quelques antennes et boitiers de connexions. L'heure est à "l'effacement des réseaux". Le sous-sol des rues est un entrelacs de tuyanx, fils et maintenant fibres, pendant que l'air est agité de multiples de de plus en plus hautes fréquences.

Restent les caméras de surveillance, discrètes mais de plus en plus nombreuses, et bien sur la signalisation routière et les récents panneaux digitaux mis en place par la mairie.