Pierre Dupres


Retour aux personnes . Retour à la vie politique . Retour à l'accueil mansonnien . Dernière révision le 6/8/2022

Pierre Dupres maire de 1965 à 1989
1998 Pierre Duprès s´est éteint mercredi matin à la clinique de la MGEN,

Pierre Dupres Décorations Pierre_Dupres_Ordre_National_du_Mérite 3_K_32
Décorations Pierre_Dupres_[photographies] 3_K_32
Pierre Dupres Chevalier_de_la_Légion_d'honneur 3_K_32

L'hommage de Jacques Myard au conseil municipal du 25 juin 1998

Pierre Dupres nous a quittés hier matin, après avoir lutté avec un courage et une dignité qui forcent l'admiration contre une maladie qui a fini par l'emporter.

Pierre Dupres et né le 18 mars 1923 à Riencourt-les-Cagnicourt dans le Pas-de-Calais, dans cette terre du Nord où les hommes depuis des générations ont connu les souffrances, l'adversité de la nature ou les tragédies des guerres et des invasions. Ils y ont appris, au fil des siècles, que la vie est un combat que chaque génération doit relever.

Pierre Dupres n'avait même pas 20 ans lorsqu'il mit en application ce principe, en s'engageant en 1942 comme volontaire dans les forces françaises de la résistance, en agissant ainsi dans le respect de son père mort au champ d'honneur en 1940.

Il devait garder de cette période de guerre, qui fait tomber les barières et les obstacles entre les hommes, cette fraternité qui l'a conduit tout naturellement à choisir de devenir médecin.

C'est sans doute la même démarche qui l'a conduit très tôt à s'intéresser au devenir de la Cité, puisqu'il devint conseiller municipal en mars 1959, puis premier adjoint délégué aux travaux, voirie, bâtiments, sécurité et à l'incendie de l'équipe municipale dirigée alors par Pierre Huillet.

Le 26 mars 1965 il est élu maire, poste qu'il retrouve en 1971, 1977 et 1983. Elu conseiller général en mars 197 et réélu en 1976 et 1982, il est élu vice-présidnet du Conseil général en mars 1982, réélu en 1985.

Parallèlement à ses mandats politique, Pierre Dupres devient en 1959 directeur adjoint du Centre post-cure à Talma, puis en 1962 il accède à la direction de la clique MGEN de notre ville jusqu'en 1982.

Pendant les 24 année où il a dirigé notre ille, de très nombreuses réalisation ont été effectuées sous son impulsion. La liste en est longue :
- C'est l'agrandissement du groupe scolaire Cocteau, l'ouverture e la bibliothèque, l'ouverture du Foyer des anciens rue de Puebla, la construction de la salle Malesherbes, réalisée non sans avoir rencontré quelques difficultés.
- La réalisation de la crêche collective, la réalisation de la cuisine centrale à Colbert.
- Le transfert de ateliers municipaux rue de la Digue, le lancement et la réalisation presque intégrale du Palais omnisport des berges de la Seine.

Toutes ces réalisations illustrent avec bien d'autres le travail inlassable réalisé pour le bien public et dans le souci, comme il avait coutume de le dire, qu'il fasse bon vivre à Maisons-Laffitte.

Avec la disparition de Pierre Dupres, c'est incontestablement une page de l'histoire de Maisons-Laffitte qui se tourne. Certes la prospérité des Trente Glorieuses rendait les choses parfois peut-être plus faciles, mais rien n'eût été possible sans la volonté des homems, d'un homme, Pierre Dupres, qui a directement oeuvré pour forger le caractère de notre ville afin que chacun puisse y trouver sa place.

Au-delà des jugements partisans et des oppositions nécessaires au débat démocratique, nous somems chacun en ce qui nous conerne ici dans ce conseil les héritiers de l'action entreprise par Pierre Dupres, mais aussi les continuateurs pour oeuvrer ensemble pour le bien public comme il le fit lui-même.

Comme chacun d'entre nous ici, je ressens avec émotion la disparition de Pierre Dupres, car c'est une page de l'histoire de notre ville qui se tourne et aussi une gpage personnelle car, m'étant parfois opposé à l'action de Pierre Dupres, j'ai cependant toujours reconnu en lui un homme engagé, un homme engagé pour notre gille, agissant avec la dignité de ceux qui trouvent, dans l'action pour la collectivité pulbique, cette foi qui dépasser les égoïsmes et les courtes vues, pour que vive et prospère la Cité.

Je me souviendrai enfin longtemps de la main qu'il m'a tendue pour me féliciter, sans aucune acrimonie, le jour où je lui ai succédé au Conseil général.

C'était là la marque, la noblesse du caractère d'un homem qui savait surmonter, transcender l'adversité poltique pour s'inscrire naturellemnet, le devoir accompli, dans la ligne, dans la grande ligne des homems qui ont fait Maisons-Laffitte et resteront à jamais dans notre mémoire et dans notre coeur.

A madame Pierre Dupres, à ses enfants Marc, Bernard, Françoise, à ses petits-enfants, à tous ses amis, à tous ses proches, j'adresse au nom de l'ensemble des membres du Conseil municipal, nos condoléances et notre profonde sympathie.

Je vous demande une minute de silence.