Rue des Canus


.
La rue à la Belle Epoque, vue depuis l'actuelle place Ianchelevici. Dans la rue, une belle maison ornée de bustes. Typiquement construite sur une base étroite, issue du parcellaire agricole ancien.

Retour aux rues et places Retour à l'accueil mansonnien . Dernière révision le 20/5/2022

Pour la balade


Un bon point de passage pour aller de la PlaceIanchelevici aux bords de Seine. en continuant par la rue Etienne Péroux..

Une rue tranquille, et cette jolie villa. Assez typiquement dans la zone pavillonnaire, le cadastre était disposé en longues bandes. Le constructeur de cette maison n'avait donc pas beaucoup de profondeur, et il s'est rattrapé sur la décoration.

Une des plus anciennes voies de Maisons-Laffitte. Sur le plan de 1600, il y a déjà le "chemin des Canus", sur d'autres plans, c'est rue Croix-Castel, ce nom désignant aujourd'hui une rue le long du chemin de fer.

Elle a connu une certaine activité commerciale, avec un entraîneur et une boutique de vêtements en 1937. Dans les années 1980, peut-être un architecte.

Elle est le siège de l'entreprise Deleplanque. Voir Economie mansonnienne, on cherche des données.

Notes et commentaires

Références documentaires . Images, photos, cartes postales



Ambiance de l'environnement, voir Bureau de vote no 3.

Une autre maison "plate", dans une autre rue

Une vue depuis la rue Etienne Péroux, en 2008




Le "chemin des Canus" figure sur un plan vers 1600 (voir le livre de Pierre Dhers, /Maisons-Laffitte depuis ses origines) et borde un terrain appelé "Les Canus".


La rue sur les plans de 1905, 1931 et 1936 et selon le cadastre actuel (Voir en ligne une version à jour et interactive)

En 1931 encore, elle s'étendait jusqu'au pont du chemin de fer. Aujourd'hui, une fois traversée l'avenue de Saint-Germain, c'est la rue Etienne Péroux.
Le bâti reste essentiellement celui des origines, sauf une petite résidence au coin de la rue d'Alsace.