Retour au sommaire

L’avenir de la gouvernance

Calendrier, prospective, science-fiction

Calendrier

Le confinement a fait annuler nombre de rencontres qui étaient prévues en 2020. Les réunions commencent à reprendre.

- Programme 2020-2021 du Cegsi

- Congrès de l'AGRH, (Association Française de gestion des ressources humaines) du 3 au 5 mars 2021.  Vers une approche inclusive de la GRH ?

- Calendrier international de Waset

Et l’avenir à plus long terme ? En général, la prospective comme la science-fiction ne sont pas riches de détails sur les outils et méthode de gouvernance. Mais certains titres valent le détour.

Prospective

- Accéléter le futur. Post-travail et post-capialisme, par Nick Srnicek et Alex Williams (Cité du Design, 2017).

- The Future of Business, edited by Rohit Talwar (Futurescapes 2015). 566 pages pour une série de courts textes dont il est difficile de faire émerger une vision convaincante.
- Le monde au XXIIe siècle par Alexis Jenni (PUF 2014)
- Digital Rapture. The Singularity Anthology, edité par James Patrick Kelly et John Kessel (Tachyon 2012)
- Bonnes nouvelles des conspirateurs du futur, par Michel Godet (Odile Jacob 2011). Un texte optimiste, c’est rare.
- Post-capitalisme. Imaginer l’après. Coordonné par Clémentine Autain (Au diable Vauvert, 2009).
- Le monde en 2025, sous la direction de Nicole Gnesotto et Giovanni Grevi (Robert Laffont 2007). L’avenir de la gouvernance y est largement analysée
- Cell, par Stephen King. (Hodder 2006). Un virus qui se transmet par téléphone et réduit les victimes en esclavage.
- The Singularity is Near, par Ray Kurzweil (Duckworth 2005)
- Le rapport de la CIA. Comment sera le monde en 2020. Présenté par Alexandre Adler (Laffont 2005)
- Totalemement inhumaine, par Jean-Michel Truong (Les empêcheurs de penser en rond, 2001). Sur le transhumanisme. Sur le mode catastrophiste.
La société industrielle et son avenir, par Théodore Kaczynshki. (Ediion de l’encyclopédie des nuisances, 1998). Très négatif.
- 2100, récit du prochain siècle. Sous la direction de Thierry Gaudin (Payot 1990)
- M.I.N.D Children. The future of Robot and Human Intelligence, par Hans Moravec (Harvard, 1988)
- Les mile sentiers de l’avenir, par Jacques Lesourne (Seghefs 1981)
- Le grand merdier, ou l’espoir pour demain, par Louis Leprince-Ringuet (Flammarion 1978)
- The Tomorrow Makers. A framework for speculation on the next thirth-three years (McMillan 1967)
- Essais de morale prospective, par Jean Fourastié (Gonthier 1966)
- Le grand espoir du XXe siècle, par Jean Foourastié (Gallimard 1963)
- Plaidoyer pour l’avenir, par Louis Armand et Michel Drancourt (Calmann-Lévy 1961)
- Le progrès au service de l’homme. Collectif. (La Nef, 1955)
- Le futur a déjà commencé, par Robert Jungck (Arthaud 1953)
- Regards sur le monde actuel, par Paul Valéry (Gallimard 1945)
- L’évolution régressive, par Georges Salet et Louis lafont (Editions franciscaines 1943)
- Libération. Des bras à la machine, de la disette à l’abondance, de l’échange à la distribution, par Jacques Duboin (Grasset 1936)
- En route vers l’abondance, par Jacques Duboin (Fustier 1935)
- The Shape of Things to Come par H.G. Wells (Hutchinson 1935)
- La grande révolution qui vient, par Jacques Duboin (Editions nouvelles, 1934)
- La grande relève des Hommes par la Machine, par Jacques Duboin (Editions nouvelles, 1932)
- The World in 2030, par l’Earl of Birkenhead (Hodder 1930). Un conseiller de Churchill (1930). De belles images, de la technologie, mais pas de vraies idées sur la gouvernance.
- Scènes de la Vie future, par Georges Duhamel (Mercure de France 1930)
- La cité moderne, métaphysique de la sociologie, par Jean Izoulet (Alcan 1898)

Science-fiction et utopies

La science-fiction est en général catastrophiste. En fait, il n’y a pratiquement pas de « gouvernance » au sens riche du terme, c’est à dire des pouvoirs équilibrée par des « boucles de contrôle » efficaces.

On trouvera un grand nombre de récits « de la création de l’homme par l’homme » dans L’homme fabiqué, édition de Paul Engélibert (Garnier 2000)


Quelques titres de livres ou films, par date de parution.

Un grand nombre de nouvelles célèbres ont été republiées par Jean-Paul Engélibert dans L’homme fabriqué  (Garnier 2000)

- The Mother Code, par Carole Stivers. (Hodder 2020). Will they save us, or destroy us ? 340 pages. Sur les risques des biotechnologies.
- Ctrs + S. log in > load world > save her . par Andy Briggs (Orion 2019)
- Fall, par Neal Stephenson (Borough 2019)
- Transparence, par Marc Dugain (Gallimard 2019)
- Recursion par Blake Crouch (Crown 2019)
- Infinite Detail, par Tim Maughan (Farrar 2019)
- Supercute Futures, de Martin Millar (Piarkus 2018).
- The Synapse Sequence, par Daniel Godfrey (Titan 2018)
- Rejoice. A Knife to the Heart, par Steven Ericson (Gollancs 2018)
- Emily Eternal, par M.G. Wheaton (Hodder 2017)
- Soumission par Michel Houellebecq (Flammarion 2015). Les islamistes au pouvoir.
- 2084. La fin du monde, par Boualem Sansal (Gallimard 2015)
- Robot Uprisings, edité par Daniel H. Wilson et John Joseph Adams, (Simon and Schuster 2014)
- Robogenesis par Daniel H. Wilson (Simon and Schuster 2014)
- Intrusion par Ken Macleod (Orbit 2012) . Sur la protection de la vie privée.
- Amped, par Daniel H. Wilson (Vintage 2012)
- Google Démocratie, de Laurent Alexandre et David Angevin. (Naive 2011)
- Exhalation par Ted Chiang (Picador 2011)
- Reamde, par Neal Stephenson (Atlantic 2011)
- Metatropolis, edited by John Scalzi (Tor 2010)
- Plowing the Dark, par Richard Powers (Vintage 2002)
- Interface, par Neal Stephenson et Frederic George. (Arrow 2002). « Thehere is no way William A. Cozzano can lose the upcoming presidential election. He’s a likeable Midwestern governor with one insidious advantage : an advantage provided by a shadowy group of backers. A biochip inside his head wires him to a computerized polling system. The  mood of the electorate is channeled directy into his brain ».
- Cryptonomicon. Le code Enigma. Par Neal Stephenson (Payot 2000 pour l’édition française). Enigma d’un autre point de vue que Turing.
- L’âge de diamant, de Neal Stephenson (original américain 1995, Robert Laffont 1996). Enormément d’innovations techniques.
- Le samourai virtuel, de Neal Stephenson. (original américain Snowcrash 1992, 1997 pour la traduction française). Tout le monde mis en servitude par un virus visuel.
- Le passeur, de Louis Lowry (1992). Un monde hyper-régulé, depuis le contrôle des naissances jusqu’à la fin de vie. La plupart des habitants n’en sont pas malheureux. Mais un jeune, d’une sensibilité plus forte, finit par s’en évader.
- The Lord of the Rings, par J.R.R. Tolkien (Harper 1991). Une riche imagerie conservatrice et anti-technologique. Lire Tolkien, par Vincent Ferré (Pocket 2014)
- Softwar, la guerre douce, par Thierry Breton et Denis Beneich (Laffont 1984)
- Neuromancer, par William Gibson (Ace 1984)
- La trilogie Ender, par Orson Scott Card (J’ai lu, 1994, original 1977)
- Ecotopia, d’Ernest Callenbach (1975). Un monde très écologiste, mais pas forcément agréable à vivre.
- Shockware Rider, par Jonh Brunner (Brunner 1975)
- The Terminal Man, par Michael Crichton (Corgi 1973)
- Un bonheur insoutenable, par Ira Levin (Laffont 1971)
- Le roi des Aulnes, par Michel Tournier (Gallimard 1970)
- Do Androids Dream of Electric Sheep , par Philip K. Dick (Rapp 1969)
- Vendredi ou les limbes du Pacifique, par Michel Tournier (Editions de Minuit 1969)
- 2001, a Space Odyssey, par Arthur C. Clarke (Arrow 1968)
- Moi robot, d’Isaac Asimov. Il s’agit essentiellement des trois lois de la robotique. Mais cette série de nouvelles se conclut par la prise de pouvoir par les robots d’une manière qui protège l’humanité.- The Black Cloud, par Fred Hoyle (Signet 1959). Un nuage intelligent obscurcit le ciel de la terre. Le héros le convainct de s’éloigner. Image d’une intelligence collective.
- L’âme, par Elsa Triolet (Gallimardl 1963). Sur les différente sortes d’automates et de passionnés des automates.
- Robots and changelings, par Lester del Rey (Ballantine 1957). Onze adorables petites nouvelles.
- The Caves of Steel, par Isaac Asimov (Panther 1954)
- Les animaux dénaturés, par Vercors (Albin Michel 1952)
- 1984, de George Orwell (1949). L’horreur de la télésurveillance et du langage contrôlé.
- I Sing the Body Electric (Bentam 1948)
- Le meilleur des Mondes, d’Aldous Huxley (1946).A la fois at roce dans son système de génération contrôlée des différents niveaux de personnalité. Mais avec des idées intéressantes comme la gestion des personnalités contestataires dans une île adéquate.
- Animal Farm, par George Orwell (Secker 1945 puis Penguin)
- The World of Null-A, par A.E. Van Vogt (Astounding 1945)
- Brave New World, par Aldous Huxley (Chatto 1932). Un monde totalement régi rationnellement depuis la génération d’humains adaptés à l’économie juqu’à la gestion des intellectuels réfractaires.
- L’amour dans 5 000 ans par Fernand Kolney (Quignon 1928)
- Les cinq cent millions de la Bégum, par Jules Verne (26eme édition. Hachette 1921)
- La journée d'un journaliste américain en 2889, de Jules Verne (1889). Ce journaliste est en fait le patron d’une entreprise de presse multi-planétaire, avec communication optique et comptabilité en temps réel. Nous l’avons mis en ligne en https://diccan.com/dicoport/2889.htm , y compris les images.
- Paris au XXe siècle, par Jules Verne. Original non publié en 1883, exhumé par Hachette en 1994. Projections impressionnantes et en partie bien vues sur l’avenir de la comptabilité.
- La guerre fatale par le capitaine Danrit. Flammarion, vers 1900. Aspects réseaux.
- Une ville flottante, par Jules Verne (Hachette)
- L’aviateur du pacifique, par le capitaine Danrit. (Flammarion ? 1910). Guerre électronique.
- Paris au Xxeme siècle, par Jules Verne (1863, publié seulement par Hachette en 1994)
- Le château des Carpathes, par Jules Verne (Hachette)
- La Constitution de la lune, rêve politique et moral, par Louis-Abel Beffroy de Reigny. (1793.)
- Micromegas, par Voltaire, 1728. (Wikipedia)



- Les voyages de Gulliver, par Jonathan Swift. (en anglais : Travels into Several Remote Nations of the World. In Four Parts. By Lemuel Gulliver, First a Surgeon, and then a Captain of Several Ships abrégé en Gulliver’s Travels). 1726. (Wikipedia)



- Utopie, par Thomas More. 1516. https://fr.wikipedia.org/wiki/L'Utopie