Longueil, vénérable et conviviale


A gauche, le bâti n'a pas changé depuis 1900 voire 1880. A droite, une grande partie de l'avenue a été refaite au début de notre siècle. Quel côté préférez-vous ?

Retour aux rues et lieux . Retour à l'accueil mansonien Dernière révision le 20/2/2022

Longueil se construisit vite, vers 1880 Et ni le bâti ni les commerces n'ont beaucoup changé depuis 140. Or le grand ensemble des 23 et 23bis, les mêmes immeubles sont toujours là. Et de la pharmacie du Parc au no 1 jusqu'à la mairie au no 48, la majorité des immeubles n'ont pas changé d'affectation. Résumons : une tiertiarisation qui a vu disparaître les bazars, s'accroître les banques, le vestimentaire et surtout les agences immobilières.

En revanche, ce qui a changé au fil des temps, c'est le milieu de l'avenue. D'abord un vaste espace vide, libre pour le marché et les fêtes. Peu à peu, les contre-allées l'ont mangé... pendant que le trafic de la 308 s'alourdissait avec ses nuisances et ses dangers. Mais malgré bien des idées, la "nationale" ne semble pas prête à se détourner pour nous faire plaisir. Il faudra longtemps faire avec...
Les bibliobox et des petites cabines de Durand et du Comptoire des Frères ont renforcé l'animation des trottoirs. Les vélos sont des plus en plus présentes, encouragés par les vélorues.

Pourquoi une telle stabilité ? Les immeubles anciens sont banals, voire médiocres, avec de pauvres arrière-cours, leurs propriétaires n'ont donc jamais eu l'idée de mieux réutiliser leurs terrains, avec des constructions plus hautes et plus profondes ? Et, même si l'on n'apprécie pas trop le nouveau grand ensemble,des 23 et 23 bis, au moins est il cohérent en volumes avec l'environnement. Ce qui n'a jamais été le cas, malgré leur vénérable ancienneté, des deux immeubles à l'entrée de l'avenue de Saint-Germain.

L'avenue va-t-elle changer dans les années à venir. Oui en tous cas au no 4 avec un projet inscrit dans le PLU, qui a déjà entraîné la fermeture du garage. Pour le reste, pourquoi ne pas imaginer une opération symétrique aux numéros 23-23 bis en face ? Les nostalgiques vont me haïr.. Mais à comparer les perspectives, on aurait plutôt à y gagner. Cependant, la création récente de la rue Crèvecoeur a privé ces immeubles de leur longues arrières, limitant donc les possibilités.

Quant au milieu de l'avenue, on voit mal comment nous pourrions nous débarrasser de la 308 et de ses poids lourds.

Donc rien ne devrait vraiment changer ici avant longtemps. Tant mieux, diront la plupart des Mansonnniens comme de nos visiteurs.


Si vous voulez approfondir :

- Histoire de l'avenue, évolution des commerces Nostalgies et dyamique
- Les immeubles et leur emploi, numéro par numéro Un livre d'images. Photos et cartes postales.
- Documents, cartographie, références aux archives. Pour les travailleurs
- Bureau de vote no 1 L'ambiance du quartier

Juste quelques séquences du film :(cliquez dessus pour agrandir) :

. . .
Les incassables, quelques exemples : pharmacie du parc, pâtisserie Durand, épicerie de Longueil (ex. produits Damoy), le 46 (ex café de la Station et de la Mairie

. . .

Ce qui a disparu et qu'on peut regretter : les deux bazars, un de chaque côté de l'avenue, l'un au 23 (Favreau), l'autre au 32, et deux cafés-restanrants : Le Soleil d'Or (oublié depuis longemps) et le café de Paris, qui fut longtemps un lieu imporatant de réunions, mais faisait un peu minable sur la fin de ses jours, au début des années 1990.

. . .
Le milieu de l'avenue. De gauche à droite : Presque un désert. Jour de marché. Un bon équilibre. Trop c'est trop (photo qui n'a rien à voir, mise à titre provisoire)

.
 ( un y