Conseil municipal du 14 mars 2022


Retour aux conseils municipaux . Retour à l'accueil mansonnien. Dernière révision le 20/3/2022

Mail envoyé le 21/3/2022.

Poourquoi tout ce cirque ?


Comment 35 personnes intelligentes, cultivées et (autant qu'on sache) honnutes, peuvent elles produire un spectacle aussi lamentable que le conseil municipal du 14 mars ?

Constat de la catastrophe Quelques avis
Jugez par vous-mêmes : . Le déroulé de la séance et les vidéos

Cherchons les causes :
- un cadre constitutionnel qui ne laisse aucune place à une vraie décision collective
- un maire qui revendique de n'informer qu'a minima.
- un maire qui ne veut pas consulter la population ; et une population qui ne le demande pas : des retraités que l'autorité de ce maire rassure, et des jeunes qui cherchent un engagement politique par d'autres moyens
- des élu.es de la majorité qui suivent sans broncher
- des élu.es de l'opposition qui supportent avec le sourire d'être constamment insultés (et, à la limite, en font un jeu)

Sur les deux premiers points :

Le cadre constitutionnel

Dans les communes de notre dimension, il donne au maire une écrasante majorité. Il ne peut donc y avoir vraiment débat ni même délibération.
C'est à se demander à quoi servent ces réunions du conseil municipal, où tout est décidé d'avance. Elles servent au moins
- à obliger l'équipe en place à présenter, expliciter et archiver ses décisions ; pratiquement personne ne regarde les compte-rendus, même en ligne, même filmés
- à préparer les élus de l'opposition, à se préparer à devenir un jour la majorité.

Informer le moins possible et ne pas consulter la population

"J'ai décidé de nous en tenir au strict minimum obligatoire" dit souvent le maire. Commentaires et exemples.
"C'est ici que ça se passe". Pour un projet de l'importance du parking du marché, on a vu Pierre Duprez (Opah du Vieux Maisons) et Jacques Myard (Entrée de Maisons, Ilôt nouveau au centre de la rue de Longueil) aller jusqu'à des expositions de projets...

Aller plus loin et trouver des solutions


Y a-t-il des solutions . Nous avons des idées, notamment en intégrant l'informatique (réseaux sociaux par exemple) dans le processus. Peut-être aussi dans d'autres attitudes des élus, qu'ils soient de la majorité ou de l'opposition.
C'est peut-être bien naïf. Nous y reviendrons la semaine prochaine.... et vos suggestions seront appréciées !

Pierre Berger
pmberger@gouvmeth.com
 io k& n nq