Chine aujourd'hui : dialogue avec un artiste


En réponse à notre post notre post

Stéphane Trois Carrés


https://www.troiscarres.com/fr

P.B. : Que t'inspire cette évolution actuelle de la Chine ?


Alors que j'étais chauffeur assistant pour un milliardaire chinois à Paris,
à la mesure du soin que je prenais au confort de sa famille, l'homme me faisait une grande confiance
et était d'une bouleversante générosité doublant mon salaire chaque jours avec une gratification en espèces.
Nous avions construit une amicale et respectueuse confiance, tant ses filles étaient heureuses
de mes attentions de berger d'une joyeuse cohorte de soeurs tout aussi indisciplinées les unes et les autres
une fois le patriarche au loin.

Bref c'était prenant et passionnant, car je prenais pied dans un monde incroyable de business et de luxe.
Aussi devais je éclairer mon patron sur les singularités françaises. Et j'étais au faits des confidences.

Un jours il s'adresse à moi et dit
"Stéphane why there are so much niggers in France ?" (sic)
Et me voilà au bord des questions sensibles. Devinant un racisme décomplexé et naturel,
mon patron de rajouter "because in China we have none and we are Han, proud to be Han !"

A cette époque, je ne connaissais pas encore bien l'histoire chinoise.
et je ne savais pas qu'il y avait plus de cent ethnies et que les han étaient l'ethnie majoritaire qui écrasait toutes les autres à l'aune de son évidence universelle.

A cette mesure , je sentais la puissance impériale de cette Chine brutale et impériale.
Alors courageusement je me suis cru obligé de raconter notre histoire coloniale, développant les liens complexes
tissés entre les colonisés et les colonisateurs.Ce fut très inutile car cela ne cadrait pas avec la weltanschauung de mon patron.J'ai probablement plus appris avec ce qu'il me disait que lui avec mes explications confuses.

Depuis j'ai lu les travaux de François Jullien et je me suis renseigné sur cette empire quadri millénaire qui est obsédé par les forces centrifuges qui le menacent.

J'ai eu la chance ensuite de travailler à Xi'an, pays de l'empereur Qin, où j'ai pu voir de l'intérieur les forces
qui agissent au cœur de l'empire. Nous sommes les témoins d'une nouvelle hégémonie, celle de la Chine, car dans l'histoire il y a toujours eu des empires.

L'anthropologie ne peut se satisfaire du vide. Il faut toujours que quelques humains mettent de la force pour assurer la paix et une meilleur exploitation des ressources, fut elle inique et injuste ! Alors c'est au tour des Chinois de piller, l'ennui c'est qu'ils le font plus efficacement et que le confucianisme mal compris les soulage du doute. Pragmatique, ils sont devenus un fait géopolitique majeur, prononçant la fin à venir de la domination de l'empire américain.

La démocratie ne sera qu'une courte étape dans l'histoire humaine.

P.B. Faut-il être aussi pessimiste. Je viens de découvrir ce texte sidérant de Condorcet :


« Le projet de rendre tous les hommes vertueux est chimérique ; mais pourquoi ne verrait-on pas un jour les lumières, jointes au génie, créer pour les générations plus heureuses une méthode d’éducation, un système de lois qui rendraient presqu’inutile le courage de la vertu. Dirigé par ces institutions salutaires, l’homme n’aurait plus besoin que d’écouter la voix de son cœur et celle de la raison pour remplir, par un penchant naturel, les mêmes devoirs qui lui coûtent aujourd’hui des efforts et des souffrances ; ainsi qu’on voit, à l’aide de ces machine, prodiges du génie dans les arts, un ouvrier exécuter, sans intelligence et sans adresse, des chefs-d’œuvre que l’industrie humaine, abandonnée à ses propres forces, n’eût jamais égalée » .

Trois Carrés : Les promesses de Condorcet se sont révélées justes


Un Chinois qui dit "nigger" pense pire que "nigger",
tant le racisme est une chose normale que l'on soit opprimé ou oppresseur.

L'homme n'est pas bon. C'est un prédateur paresseux et opportuniste, dont la lâcheté n'a d'égale
que sa voracité. Bousculé par son intellect, la peur du vide et de la mort, craintif du futur, il dresse
autant la raison que la folie dans un cycle absurde d'auto justifications.

Mais je crois dans les singularités, les forces néguentropiques et la théologie négative.
Compagnon en âme de ces rabbins qui firent le tribunal de Dieu à Auschwitz,

Ce n'est que l'absence qui hurle l'urgence de l'espoir.
Les promesses n'engagent que ceux qui les croient.. pardonne moi homme de foi,
je vois l'immense cohortes des clercs jouisseurs et avares, qui rient des tours de magie
qu'ils font subir à leurs fidèles. Une foi que Friedrich Nietzsche a tout foutu par terre,

Les promesses de Condorcet se sont révélées justes car c'est une autre étape de la crédulité.

Finalement les plus avisés furent les Grecs anciens qui savaient que les oracles et les promesses
ne pouvaient rien contre le flux des faits et des circonstances, ce n'était que le commentaire d'une victoire manquée.
Il lui a bien fallu cela au Christ pour nous promettre l'espoir dans le festival des trahisons et des bassesses.
Il faut bien mettre un pied devant après avoir douté du chemin.

Je crois dans l'efficacité du doute et de sa force émancipatrice, mais son coût est immense. Il faut avoir ensuite
beaucoup d'humour et de courage pour être heureux de rendre ses atomes à ce miracle.

Voilà, mon milliardaire chinois avait un monde merveilleusement clos (qui me rendrait fou)...
du discret au continu, il y a des structures intermédiaires, mais il ne pouvait les voir. Ainsi
Il essentialisait les "niggers", réduisant l'ensemble à un lieu commun pratique.

C'est une méchanceté de bonne volonté. Simplement son monde était un appartement sans grande imagination
où tout était à sa place..

Je suis heureux de partager ces rélexions avec toi
nous ne sommes pas si seuls, car l'essence paradoxale de l'existence fait que si je convoque publiquement la solitude, les circonstances s'amuseront à me donner tort.