Les méthodes

On peut voir ici le fossé qui sépare les sciences et les lettres, les sciences exactes et les sciences humaines.

Les sciences exactes conduisent à des technologies qui ne prêtent à discussion dans leurs concepts ni leur efficacité fonctionnelle à un moment donné. Les technologies évoluent vite, mais les concepts scientifiques de base restent stables, à l’exception peut-être de l’univers quantique, qui commence à pénétrer l’informatique. L’ingénieur, avec sa solide formation mathématique, trouve clairement sa place dans l’entreprise et y fait une carrière régulière, conduisant parfois aux sommets. Les sciences exactes restent un ascenseur social.
Tout le monde se sert des objets techniques. De gré ou de force. Et les deux à la fois.Vivre aujourd’hui sans l’informatique et les réseaux, ce serait se condamner à un érémitisme plus ru nadical encore que celui des moines du désert au IVeme siècle de notre ère. D’où une fréquente schizophrénie qui nous fait à la fois aimer et détester les machines.

Les sciences humaines, au contraire, évoluent dans des univers flous, prêtant constamment à controverse. Les concepts se discutent. Contrairement à ce qu’espéraient les scolastiques médiévaux et leurs admirables « sommes », l’humain ne se laisse pas réduire à la logique. En mathématique, on peut apprendre un théorème « d’Euclide » ou logarithme népérien (de Napier) sans faire d’histoire des mathématiques. En philosophie ou en sociologie, les concepts ne se comprennent pas sans leurs origines historique, deit Platon à Heidegger, Deleuze ou Sloterdijk. En outre, philosophie et religion ne sont pas étrangers l’un à l’autre. Peut-être pas en France, où la séparation de l’Église et de l’État laisse assez peu de place aux états intermédiaires. Certainement en Orient, dont le yoga ou la méditation séduisent même chez nous au niveau de la « psychologie positive ».


Les deux domaines restent bien séparés (voire notre article sur le corpus Condorcet) et s’ignorent. Avec une différence : les littéraires sont conscients de leur faiblesse en mathématiques. Les scientifiques méprisent les littéraires et se lancent souvent dans des discours philosophiques qui font sourire les philosophes. J’ai lu par exemple, d’un bon mathématicien, que (je cite de mémoire) : « Les mathématiques sont dans le vrai car ils traitent de la nature des choses ». Pour le philosophe, ou pour le juriste « nature » et « chose » sont des concepts difficiles.

Dans la vie de l’entreprise, cela se traduit par l’oppposition entre ingénieurs et consultants.
Y compris en informatique.


Une part importante de la gouvernance se vit dans les réunions. De tous temps, les réunions de gouvernance se sont structurées pour être efficaces. En particulier, depuis la fin du siècle dernier, certaines se sont formalisées sous l’influence de groupes ou de personnalités marquantes.

Ces structures, ou méthodes, combinent plusieurs composants :

- des " process " ;

- trois ou quatre principes de base (par exemple, « communication des cercles par double lien ») , souvent explicités par un schéma ;

- de plus en plus, le recours à des technologies informatiques, notamment la téléconférence. Ces techniques sont pour l’instant assez simplistes ; par exemple elles n’analysent pas les messages (à la manière de Google ou d’un téléphone portable quand on table un SMS), que ce soit pouir faciliter la frappe ou pour en déduire des conclusions et des actions (le Gafa  et sans doute le BATX chinois sont particulièrement performants dans le domaine) ;

- un auteur (guru…) de référence pour la doctrine en général, et un consultant formé à la doctrine pour sa mise en application.

La combinaison des deux derniers points renforce sensiblement le pouvoir du consultant, qui se trouve maître à la fois des process humains  (découpage des réunions en phases) et des process techniques : c’est lui qui en a la pratique et fait ses choix (quels salons ouvrir, qui y a droit…), à qui il passe la parole …

Il pourrait être souhaitabble de découpler ces deux formes d’autorité, mais cela ne paraît pas facile actuellement car les deux demandent de la compétence et l’envie de les maîtriser. Cela peut s'avérer indispensable dé que le groupe atteind de grandes dimensions. On met alors en place, par exemple, des "régies".

Après un regard sur la déocratie, forme essentielle d'animation de groupes, nous regarderons quelques unes des "méthodes" les plus connues, et pour conclure nous permettons un rappel sur les grands mouvements religieux, ne serait-ce que pour leur expertise millénaire en matière d'organisation et de gouvernance.

 

 

Analyse transactionnelle

Processus . La technique dite du fogging consiste à commencer par trouver un terrain d’entente en isolant des points sur lesquels un accord est possible, avant de contredire la partie du discours à laquelle on s’oppose Wikipedia.

La technique dite du disque rayé consiste simplement à répéter une requête à chaque fois que l’on est confronté à une résistance illégitime. Le terme évoque les disques vinyle dont la surface rayée reproduit en boucle la même séquence sonore indéfiniment. L’un des inconvénients de cette pratique est que la requête perd de sa force à mesure qu’elle est répétée, ce qui peut alors se retourner contre son utilisateur qui doit avoir à sa disposition des mesures répressives Wikpedia. Un autre inconvénient est que, à l’inverse de son objectif, cette pratique peut dans certains cas être considérée comme agressive ou bien interprétée comme une tentative de manipulation.

La «requête négative» consiste à demander un surplus de critiques, plus spécifiques.

L’affirmation par le «Je» permettrait de formuler ses souhaits et ses opinions sans exprimer de jugement sur les autres points de vue.

Fondateur . Eric Berne. https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89ric_Berne

Liens et références - Wikipedia
- Un petit livre d'initiation : René de Lassus : L'analyse transactionnelle. Marabout 1991.

Formations. Atif

 

 

Assertivité

Ce n'est pas une méthode de gouvernance à proprement parler, mais une technique de développement personnel, proche du "leadership".
- Assertivité dans Le Parisien : la force est en vous (Gouvmeth 16/6/2020)
- Ce qu'est l'assertivité, par Joël Berger

Fondateur Andrew Salter

Liens et références Wikipedia

Formations Demos avec notamment Sylvie Delobelle, Elegia , Osasys, avec notamment Claude Mulsant.

 

 

Civic Tech

Il y a beaucoup de publications sur les "civic tech". Liens utiles :
- La Cnil : https://www.cnil.fr/fr/civic-tech
- Caisse des Dépôts : https://www.caissedesdepots.fr/sites/default/files/medias/banque_des_territoires/guide_civic_tech_-_hd.pdf
- Intrusions dans les votes
- Références jusqu'à 2005

 

 

CNV, communication non violente

.

Principes de base: Quatre étapes: observations, sentiments et attitudes, besoins, demandes.

La CNV est destinée à se centrer sur soi et à faire émerger les subjectivités. Au contraire de la PNL, dont ont trouver la prétendue "objectivité" dangereuse et manipulatoire. Elle est intéressante au service des collectifs.

Certains lui reprochent de manquer d’empathie. Voir NVC Europe

Un exemple d'application : Les Colibris
Fondateur Marshall Rosenberg

Formations -CNV Formations; - Club CNV Isabelle Padovani

Lectures Point de vue boudhiste

 

 

Décroissance

Un état d'esprit...

 

 

Démocratie

Voir la notice

 

 

Holacratie

.

Processus : Pas spécialement prévus
Fondateur Brian Robertson 2001-2006 (Ternary Software).
Liens et références https://fr.wikipedia.org/wiki/Holacratie
Formations IGI Partners .

 

 

PNL, programmation neuro-linguistique

.

Principes de base: Recadrage, ancrage, dissociation, synchronisation.

Fondateurs Richard Blandler et Jonh Grinder

Liens et références - Wi kipedia
- Un cerveau pour changer. La Programmation Neuro-Linguistique, par Richard Bandler (InterEditions 1990, 2002).

- Que dites-vous après avoir dit bonjour ? par Eric Berne (Tchou 1977. Original 1972). 373 pages pas très faciles.

Formation Elegia

La PNL est parfois considérée comme manipulatrice. C’est une des raisons de la création de la CNV, avec le reproche inverse.

 

 

Revenu de base

Au delà de, ou plus que, une théorie économique ou de propositions législatives, ceux qui en parlent ont plutôt un langage comparable à celui des “théories”, avec des mots comme :

- changer de paradigme,
- simplicité de vie, des petits gestes,
- découpler service de "travail contraint",
- changer la société sans prendre le pouvoir,
- faire réfléchir plutôt que convaincre,
- RBU et gouvernance de l'Eglise (Gouvmeth 19/12/2020)
- rétributif/contributif selon Stiegler.

- Revenu "universel" vraiment (édito, La Croix Hebdo 28-29/11/2020)
- Le plaidoyer du pape pour le revenu universel (La Croix 24/11/2020)
- Le revenu universel questionne notre rapport au travail. Benoit Hamon. (La Croix 22/11/2020)
- Ce qu'il faut de courage. Plaidoyer pour le revenu universel par Benoit Hamon (Equateurs 2020)

 

 

Sociocratie

Processus
Là il s’agit explicitement de prendre des décisions.
Il y a unehiérarchie de cercles

Le site Sociocratie.net, animé par Fabien et Patricia Chabreuil, de la société Ideodynamic, est clair, et comporte de brèves vidéos commentant le texte.Principes de base

- Cybernétiqueet théorie des systèmes. On se demande comment un ingénieur, dirigeant d'une société d'électronique, a pu faire un tel parcours, depuis la techique et le management jusqu'à une méthode largement psychologique et résumée en quelques brefs principes.
- Prise de décision par consentement. «Tous les membres du cercle ne ressentent plus le besoin de s’opposer à cette même proposition.».
- Chaque cercle poursuit un butclairement défini. (Par qui?)
- Un cercle est relié aucercle immédiatement supérieur par au moins deux personnes; le responsable et un membre délégué.
- Election sans candidat.Chacun propose le sien et explique pourquoi. (Cette solution semble difficile à appliquer pour de grandes structures).

On fait référenceaux critères d'une bonne gouvernance tels que définis par l'ONU:
-elle permet la participation de tous, sans exclusion, en les traitant équitablement;
- elle obtient une approbation unanime deson organisation et de ses décisions;
- elle définit desrègles de droit et les suit;
- elle est responsable;
- elle est transparente;
- elle est souple, efficace etefficiente.

Fondateur Gerard Endenburg . 1970- Centre de diffusion aux Pays-Bas
Liens et références Sociocratie.net
Formations Sociocratie France

 

 

TOP

.
Principesde base:

Le Thème permet de savoir pour chacun quel va être l'objet de la réunion. " Quel va être le sujet ou les sujets abordé(s)? "

L'Objectif détermine la finalité de la réunion et les décisions et actions qui en découleront. " Que pouvons-nous attendre de cette réunion? "

Le Plan avec les grandes lignes thématiques que l'animateur de la réunion - le chef d'orchestre - présentera lors de la rencontre." Quels sont les points principaux qui seront abordés? "

Fondateur Armée de Terre, France, 2011.

Formations Diplonova .

 

 

Théorie U

.

Il ne s’agit pas d’un processus de décision à proprement parler, et le terme n’est pas utilisé dans la documentation.
Très orienté leadership. La documentation ne dit pas qui mène le groupe.

On ne peut pas la réduire à une pratique "psychologique". Des intérêts économiques, des approches expérimentales au management d'équipes, une optimisation de l'écosystème "capitaliste", .... je résume mal, ce ne sont pas mes spécialités...sont au coeur de l'initiative.
la pratique de nouvelles technologies, augmentées par des outils d'IA, va de soi.

Fondateur Otto Scharmer. 2015-2019 dans le cadre d'une pédagogie axée sur l'innovation à la Sloan School of Management, du MIT, à Boston.

Liens et références. Presencing document assez détaillé, 21 pages, donne des exemples d’application.

Otto Scharrmer

Formations Octo Académie.