Les caves du Nord, vous connaissez ?

.
Au début du siècle, aujourd'hui
Retour aux rues et places . Retour à l'accueil mansonnien . Dernière révision le 24/6/2022
Références documentaires . Images, photos, cartes postales Ambiance de l'environnement, voir . BV11

Vu Longueil, c'est un bout du monde, presque aussi loin que la place Napoléon. Mais c'est un terme majeur. Un monument historique dessiné par Mansard ! Bien négligé en ce moment, mais heureusement animé par le saut, voire parfois par des concours de saut.

C'était au départ, nous dit Georges Poisson, un assez vaste ensemble, avec plusieurs pavillons, dont il reste celui de gauche, au bout de l'avenue Bourdaloue. Outre sa portée esthétique et son rôle de coupure par rapport à la forêt royale, il a dû servir pour la chasse...

. .

Il a dû, assez tôt, disposer d'un puits, dont reste la margelle, maintenant fermée. Complété, vers 1830, par une pompe similaire à celle que l'on a vu place Wagram, par exemple, ou au pavillon de la Muette. Il en reste une ferraille inélégante, mais où l'on peut toujours faire bouger le moignon de la grande poignée d'oriine.

Vers 1900, au moins la partie gauche est habitée, modestement, certes. Mais la photo montre bien que l'architecture n'est pas purement utiliaire : portail et fenêtres rondes sont encadres de feuillages (?) sculptés.

. .

En 1911, il trouve une nouvelle vocation comme théâtre de verdure, avec de grands spectacles. Peut-être même une corrida organisée par Lebaudy en 1969 (point à vérifier). Gilles Mugnier a raconté « Les fêtes aux Caves du Nordi » dans le bulletin des Amis de 2017.

En 1985, la paroisse se laisse convaincre d'y organiser une "messe du cheval". Les anciens reconnaîtront le père Sauthier, célébrant, et Michel Tourres, animateur des chants. Sans enthousiasme et sans suite.

Et puis les herbes montent, les portes s'abîment ou sont grossièrement réparées... tristesse. Les chevaux, heureusement...

. .

Mais les promeneurs, voire le pique-niqueurs peuvent se dépayser en quelques pas il suffit de suivre le mur vers la gauche, pour s'enfoncer dans une sorte de fossé (ha-ha), en contrebas de l'avenue Massillon, qui serait presque un peu inquiétant, d'autant plus qu'il se termine sur de menaçantes grilles dominantes.

Le tout est entouré d'arbres superbes et de coins d'herbe, verte sous l'ombre, où l'on pourrait se reposer les jambes avant de revenir ves la civilisatiion. un de ces lieux mansonnienrs que l'histoire ne sauve pas de l'oubli ou du négligé, à qui un peu d'effort pourrait redonner de la convialité. Pourquoi pas, par exemple, restaurer la pompe ? Si l'eau du puits est encore potable, ce serait un excellent agrès sportif, j'en ai fat l'expérience ailleurs.

Allons, le parc, un petit effort !
PB 24/6/2022

La page du Parc sur son site






Le théâtre de verdure n'a été qu'une construction provisoire.