Construire et habiter à Maisons-Laffitte



La rue GeorgeV. Assez typique de "la ville". Sur la photo de gauche, un alignement typiquement "entre deux guerres" de pavillons, se terminant par un petit immeuble. En face, la caserne des pompiers, fonctionnelle, datant des années 1950. Sur la photo de droite (prise en sens inverse), la résidence étudiante, audacieuse par ses formes anguleuses et la forme de ses volets, et au fond, en cours d'achèvement en 2021, une nouvelle résidence pas très originale mais de belle allure, remplaçant une grande villa entouré d'un jardin arboré. (Et, pendant longtemps, surmonté d'une haute antenne de radio-amateur.


Dernière révision le 2/9/2021. Retour à l'accueil mansonien

- Baisse de qualité des logements franciliens, note Le Monde du 29-30 juillet 2021. Qu'en est-il à Maisons-Laffitte ?

Notes sur l'architecture actuelle. Impressions Quelques idées à confirmer (ou non), compléter, structurer.


A confirmer : D'un point de vue écologique, la hauteur idéale des immeubles d'habitation serait une hauteur de trois ou quatre étages.

Plus haut, la consommation des ascenseurs devient non négligeable.

Plus bas, l'occupation au sol par habitant est plus importante, avec notamment l'imperméabilisation des sols qui l'accompagne. Et chaque habitation dissipe des calories par sa toiture, alors qu'un immeuble n'a qu'une toiture pour plusieurs logements.