Maisons-Laffitte 1871 - 1880




Encore une décennie pauvre en iconographie mansonnienne. Heureusement les cendres de Napoléon passent sous notre pont. Et j'y joins une page de nos comptes administratifs.

Retour aux décennies Retour à l'accueil mansonnien . Dernière révision le 28/5/2022
Références documentaires . Images, photos, cartes postales
Décennie suivante Décennie précédente

C'est la puissante reprise après la guerre de 1870 et la Commune (voir le contexte général).

Cette petite commune est extrêmement dynamique et se lance dans des constructions qui dépassent largement le cadre d'un "village". Elle est poussée par la présence du chemin de fer et la montée en importance des courses.

Le patriotisme est vif. Et (ou bien à la décennie précédente), on célèbre encore les victoires de Solférino, Puebla et Mexico. Séquelle de la colonisation de la Cochinchine, en 1876, "remise des affaires personnelles d'un mansonnien, M. Karger.

La décennie en porte encore des traces : objets retrouvés sans propriétaires, tableau des réquisitions et dégradations, emprunt pour payer les dépenses résultant de l'invstion, indemnités de guerre.

La population continue de croître régulièrement : 3 330 habitants en 1872, 3 247 en 1876 et 3725 en 1889

L'urbanisme évolue avec l'ouverture du nouveau cimetière en 1880., qui remplace celui de l'actuelle place du marché.

En 1878, Joesph Oller installe l'hippodrome

En 1872 l'église Saint-Nicolas est enfin ouverte au culte , grâce à de nombreux legs.

A la mairie se succèdent Alexis Messager (1870-1871); Henci Cammas (1871 1876) et Jean Dallier (1876-1881)/
1880 1/11/1875_25/11/1880 Conseil_municipal 1_D_1_8


Le cheval

D'après le site du Parc

C’est à partir de 1878 que tout s’accélère. Le 6 juin 1878, est inauguré le premier champ de course sur la prairie des bords de Seine, où Joseph Oller obtient une concession pour y construire le tout premier hippodrome. Inauguré le 7 octobre, plus de 76 réunions y seront organisées en 4 ans. Puis les courses seront interrompues jusqu’en 1892 quand la société sportive d’encouragement rachète l’hippodrome, le champ de course, la ferme de Maisons et les terrains qui l’entourent pour un million de francs. Ce sont bien les prémices d’un centre d’entraînement tel que nous le connaissons aujourd’hui : il s’agit de pouvoir loger et entraîner à proximité du champ de course les purs-sangs.