Maisons-Laffitte 1931 - 1940


Retour aux décennies Retour à l'accueil mansonnien . Dernière révision le 28/5/2022
Références documentaires . Images, photos, cartes postales
Décennie suivante Décennie précédente

Encore une décennie qui se termine mal, après de grands moments nationaux comme le Front populaire, les congés payés, dans un contexte général agité. On n'en voit pas tellement trace dans la vie mansonnienne.

Sur cette époque, nous avons la chance de disposer d'un riche Guide-annuaire de 1937, que nous avons intégralement numérisé. Y compris l'annuaire du téléphone avec noms et adresse. 700 numéros, soit environ 10% des ménages.

Sur la période de la guerre, voir la décennie suivante

La population baisse un peu dès l'avant guerre : 13 573 habitants en 1931, 13 040 en 1936, 13 074 en 1946.


L'urbanisme et l'immobilier


Documents et références . Images, photos, cartes postales

La guerre de 1914 a mis fin à l’industrie. Maisons devient une ville de cadres et d’employés. Et pour cette population toujours croissante, la ville se lotit de plus en plus densément, ainsi que quelques parties du parc, par exemple autour du temple protestant. Les activités hippiques battent leur plein et tout le nord du parc vit au rythme des entraînements ou des promenades.

On construit assez peu, mais cependant beaucoup de pavillons en ville et, je crois, autour du temple protestant (à vérifier).



L'économie et le commerce

L'association des horticulteurs. Riffault.
1933 1936 Marché Commerce Marché_communal.Affermage_à_Hippolyte_Rigaud 2_L_141

La culture


Alain_Jehan BAC 2012 « Jehan Alain, l’homme et l’œuvre (1911-1940), Saint-Germain-en-Laye – Saumur », Aurélie Decourt,


La santé


1939 Police interdisant_les_appareils_automatiques_de_jeux_de_hasard. 1_I_151
1937 Enquête_sanitaire_la_pouponnière_de_Madame_Serven-Dumay. 5_I_20

Le cheval

D'après le site du Parc

Fait important, le 2 juillet 1932 est organisée sur l’hippodrome de Maisons-Laffitte la première course de « femmes-jockeys ».

La politique


Jusqu'en 1935; Maurice Duverdy reste à la mairie (il est là depuis 1902). Il cède alors la place à Alexandre Bugnot, brièvement suivi par M. Desarets (1940), puis, pour un an, par Fernand Barbet