Faites du vélo à Maisons






Dernière révision le 18/9/2021.
Une belle page "Faites du vélo" dans le bulletin municipal de septembre 2021.
Le site d'Encyclo
Un ensemble de souvenirs des courses automobiles et cyclistes, par le site des Petites Ecuries Le site de Réseau Vélo 78
Retour à l'accueil mansonien


Après plusieurs années de bons services, l'ami Caleb, de Technobike 78, prend sa retraite et passe la main à Encyclo, qui a entièrement refait les locaux.

Dès 1937, il y avait à cet endroit une boutique de cycles et motos, Sicart. Il n'était d'ailleurs qu'une des six fournisseurs de cycles à Maisons-Laffitte. Peut-être pas immédiatement, mais sans doute dès les années 1950, c'est M. Pinsart qui reprend le flambeau. Il passe la main à Technobike 78, continuant d'ailleurs à lui prêter main forte pour les réparations.



Le banc Giffard à la Croix de Noailles


Le "Paris-Brest"

Mais c'est dès le début du siècle que la bicyclette est ici à l'honneur, avec la création de la course Paris-Brest par Pierre Giffard. Il écrit dès 1880 cette phrase magnifique "La bicyclette, c'est autre chose qu'un sport, c'est un bienfait social". (On peut toujours voir cette phrase gravée sur le banc de pierre élevé en son honneur à la Croix de Noailles).


  • Ma grand-mère à bicyclette, années 1950

Cela a été notamment un bienfait pour les femmes. L'automobile est restée longtemps une affaire d'hommes. Ma grand-mêre maternelle et ma mère y ont trouvé le moyen d'élargir leur vie sociale, au moins jusqu'aux limites de leur commune ou de leur paroisse.

A Maisons-Laffitte, le sport cycliste est aussi l'occasion, en 1909, pour un pâtissier mansonien, Louis Durand, de créer le célèbre gâteau Paris-Brest (Pour Wikipedia cette origine est contestée). La pâtisserie Durand est toujours là et prépare toujours ce gâteau) que l'on trouve chez presque tous nos pâtissiers et pas seulement à Maisons-Laffitte !




A partir des années 1960 et 1970, notamment sous la présidence Pompidou, le vélo est largement sacrifié à l'automobile. On trouve normal que les automobilistes tuent 4 000 personnes par an. Et on leur offre gratuitement une part non négligeable du domaine public pour s'y garer. Aux dépens des piétons qui, notamment à Maisons-Laffitte, doivent souvent se contenter d'un trottoir étroit déformé par les bateaux, difficile pour les voitures d'enfant et les handicapés, pratiquement impossible pou les fauteuils roulants Encore heureux quand il n'est pas obstrué par les poubelles ou des travaux dans les canalisations sous-jacentes.

Les cyclistes font ce qu'ils peuvent, souvent bien à l'étroit entre les voitures qui les dépassent et les voitures stationnées, dont ils peuvent toujours craindre l'ouverture intempestive d'une portière. Sans parler des camions, bien connus pour leurs "angles morts".


Il y a eu un raté quelque part avec le parking pour vélos installé Place de la Libération puis fermé

Il faut dire que le maire, jusqu'à récemment, a maintes fois affiché son manque d'intérêt pour ce ce mode de transport (on pourrait retrouver ces déclarations dans les replays filmés des conseils municipaux). Et, pendant longtemps, les articles publiés dans le bulletin municipal insistaient essentiellement sur les dangers du cyclisme.

Le contraste est frappant avec Paris, où le cycliste se sent aimé, il voit qu'on a pensé à lui, non seulement en lui réservant de larges voies (par exemple rue de Rivoli) mais en lui permettant le passage dans des sens interdits aux voitures

D'où, à Maisons-Laffitte, une frustration certaine Le cycliste a le sentiment d'être courageux, pour entretenir sa santé mais aussi pour préserver la pureté de l'air et le calme sonore. Jusqu'à récemment traité comme une nuisance, dans le cadre d'un code de la route qui a été conçu pour les voitures et pas pour lui... on comprend qu'il s'estime souvent justifié à oublier ce code, quand il sait qu'il ne gène pesonne et ne prend pas de risques. Mais il va parfois un peu trop loin dans la décontraction.


L'Agglomération a offert un joli poste de gonflage-dépannage à l'entrée de la gare



De beaux et grands signes "vélo" sur les contre-allées de Longureil refaites ces derniers jours

Depuis quelques années, l'ambiance change. De nombreux arceaux ont été installés, quelque éléments de pistes cyclables mis en place. Mais, par exemple, la piste qui va de l'entrée du parc à la place Wagram est maintenant gondolée et pénible à rouler au moins pour les postérieurs sensibles. Quelques "coronapistes" sont venues s'y ajouter, sans vraiment convaincre.

Il faut dire que, du bas de la rue de Paris jusqu'à la place Ianchelevici au moins, le bâti ne laisse guère place à des aménagements favorables (même à Amsterdam, paradis des cyclistes, la ville ancienne est difficile pour les cyclistes).

Maika Bamps, du comité Vélo, nous signale l'importance du cyclisme pour le commerce local.

Une enquête sur les relations entre vélo et commerce. Un dossier chiffré de 16 pages ;

Un dépliant sur le même sujet. Une plaquette bien illustrée;

Une note en région tourangelle




Peut-on espérer un vrai "plan vélo", sous la pression des écologistes, de l'Agglomération et de Réseau Vélo 78 ?

En tous cas, notons une belle page "Faites du vélo" dans le bulletin municipal de septembre 2021. Positif. D'autant plus qu'elle fait appel à la coopération avec de nombreuses structures ou associations.


Documents Citybike et Tourisme Aveyron

Mais le vélo lui-même est en pleine transformation. Il est de plus en plus souvent électrique. Il devient tricycle pour transporter marchandises et enfants. Et il sera peut-être bientôt dépassé, puisque des patinettes en tous genres, depuis les mini-modèles pour enfants jusqu'aux grosses machines électriques, parfois même dotées d'une selle, se multiplient, avec bien des avantages sur la bicyclette pour certains types de parcours, y compris pour prendre le train. On entre donc dans l'ère des mobilités douces. Pas facile à gérer pour les édiles !

Alors, dans ce nouveau paysage en rapide transformation, bienvenue à Encyclo !