Le parcours artistique : peinture, sculpture


Retour aux autres parcours . Retour à l'accueil mansonien . Dernière révision le 12/10/2021

Si vous préférez juste un parcours en images



Il y a beaucoup à voir à Maisons-Laffite, et beaucoup de documentation.
par exemple Sculpture à Maisons-Laffitte par Jean-Pierre Denis, sur le site des Amis du Château.


La ville du Cheval, mais pas seulement.


Même en art, le cheval est partout dans Maisons-Laffitte, avec de nombreuses sculptures, depuis le hall de la mairie jusqu'à l'hippodrome. Avec des oeuvres d'un classicisme plutôt sage quoique Ianchelevici y ajoute toujours une note de tendresse, et Ptolémée de violence un peu sacrilège.

Mais la série de fresques du parcours Epopees Mansoniennes a sensiblement élargi la thématique, mêlant aux grands classiques mansonniens (Laffitte et Cie) des artistes beaucoup moins conventionnels comme Jean Gabin ou Vivian Leigh.

Deux villas au moins intégrent un peu de sculpture à leur façade (rue des Canus, avenue Eglé).

Et si vous n'avez pas peur de sortir des sentiers de bourgeois, vous pourrez même trouver des graffitis à l'entrée du bois (le long du chemin de fer) et de l'art SGBD (au bout de l'avenue Eglé). Et ne venez pas me dire que ce n'est pas de l'art ! J'ai assez fréquenté musées, salons et galeries (Voir mon site art numérique) pour savoir que se f... du monde est essentiel à l'art contemporain.

Partons de Ptolémée


Ptolémée, dominant, depuis la place du Maréchal Juin, l'entrée de la rue Longueil


A cheval sur Ptolémée
Ptolémée inauguré
Modestement aux pieds de Ptolémée, cette ancienne fontaine


Eh bien, partons du cheval Ptolémée, dernier arrivé et s'élançant d'un bond de la place du Maréchal Juin vers le 46 (café au con de Longueil et Mermos). Il ne plaît pas à tout le monde, à mon avis un peu trop grand pour la place Juin, plutôt destinée aux jeux des enfants et aux réunions sous tente. Mais qu'on aime ou pas, il met de l'ambiance.

Fresques rue Guynemer

En haut de la rue Guynemer, quelques fresques, reprises de la série "épopées mansoniennes".


Dans l'enTrée de la ludothèque et de la direction de la Culture, La jeune fille et d'enfant, de Ianchlevici (1965)


De la place Juin, si c'est ouvert, traversez la direction de la culture et caressez du regard la sculpture de Ianchelevici au milieu de la salle.

La joie (Ianchelevici) dans le jardin de la mairie


La dame en rouge, dans le jardin de la mairie,

A la sortie, en face de vous la mairie. Ses grilles sont parfois garnies de panneaux à la mémoire par exemple de Jean Cocteau, un des sains patrons de la ville. Dans le jardin de la mairie, La Joie, le banc des amoureux, la dame en rouge.
Plusieurs oeuvres aussi dans le hall d'entrée de la mairie (maquette du moulin, tête de cheval par Thierry Daniel et (est-ce là?) statue de Voltaire.

L'ancienne fontaine, place De Lattre de Tassigny

Derrière la mairie, souvenir plus qu'oeuvre d'art à proprement parler, une ancienne fontaine.

Si l'on peut y entrer, une grande fresque orne (espérons qu'elle n'a pas été recouverte) une grande fresque très originale de Luigi Castiglioni. Cela remonte, certes, à une époque (vers 1970 ?) ou les rapports entre population et forces de l'ordre n'avaient pas la violence d'aujourd'hui.


Bas relief de Jean Monnet (un des pères de l'Europe) sur le bâtiment de la gare


Traversez les voies et regardes la grande médaille de Jean Monnet, fondateur de l'Europe.

Pourquoi d'ailleurs ne pas jeter un regard, mi-admiratif mi-scandalisé sur la gare elle-même comme bâtiment, à la fois fonctionnel et original dans son design (bien qu'elle soit copiée, m'a-t-on dit, sur une autre gare iledefrancienne). Mais hélas dans une position telle que l'entretien de ses verrière comme de ses structures métalliques est pratiquement impossible, avec des effets bien apparent après une dizaine d'années.

L'eau, sculpture de Graumer dans le hall de la gare.


Fresque sur l'office du tourisme


En vous retournant, sur le mur de l'office du tourisme, une grande fresque en l'honneur du cheval.

La grande fresque sous le pont du chemin de fer. De plus en plus dégradée.


Et, sous le pont, ce qui reste d'une grande fresque à la gloire de la ville et de des mutiples activités.

A l'entrée de la rue Guynemer, un ensemble de fresques


Bas-relief du Général de Gaulle, place de la Libération. Un lieu de célébration, par exemple le 18 juin ou le 11 novembre.


Devant la gare, un monument au général De Gaulle, parfait pour les célébrations bien en vue du 14 juillet ou du 11 novembre. Il domine, bien logiquement, la place de la Libération, qui n'est guère une oeuvre d'art, mais joue comme elle peut son rôle de "noeud gordien" (le mot est de Jacques Myard) au confluent des voies, de la départementale 308, du terminus des bus et cars, du parking auto... j'en passe sûrement.

Juste derrière ce monument, une originale construction, (titre à retrouver).


Embouchez alors l'avenue du Général de Gaulle jusqu'à la place Ianchelevici. Admires ses chevaux et leur impatience


De là vous pouvez monter vers la forêt, et trouver la place Ianchelevici avec au centre une sculpture de cet artiste.

Des bustes en niche </a>sur cette maison de la rue des Canus. Une décoration rare à Maisons.
Statue en niche avenue Eglé

Il y en a une plus importante sur une villa à droite à l'entrée de l'avenue Eglé .

Plutôt d'un point de vue architecture, si vous descendez un peu dans la rue des Canus, une jolie maison avec des bustes en niches.

Mais pour continuer vers la forêt, il y a rue Puebla, au centre de loisirs pour retraités, une "Jeune femme à la fontaine" d'Aizelin, signalée par Denis.

Un beau cimetière


Monument à la victoire, à l'entrée de l'avenue Eglé


Monument à la victoire, à l'entrée de l'avenue Eglé


De là lancez-vous vers le cimetière, sa belle ordonnance et quelques belles tombes, dont une d'une audace toute moderne, et aussi un monument aux morts plus émouvant que bien d'autres, avec ce poilu raide mort tenant encore son fusil Lebel (à vérifier).


.


Mais aussi la surprenante tombe ornée de photos par la famille Koklanakis.

Art mural passage des Plantes


Sortez vers le petit pont du chemin de fer, jetez un coup d'oeill appro- ou répro-bateur sur les tags sur le mur du chemin qui conduit à la forêt. Dans les années 60, on n'y voyait qu'un grand texte "On a tué le mauvais cochon" (autrement dit : on s'est débarassé d'Hitler mais maintenant nous avons Staline).

Revenez en ville en longeant la voie (admirez la passerelle, récemment refaite, d'une envolée autrement élégante que la ferraille XIXeme qu'elle a remplacée).


Un tag sympa rue du Fossé


Par la rue du Fossé, un tag amusant avant d'arriver à l'église Saint-Nicolas, dont on aime ou critique la structure néo-romane. Elle est en général ouverte, et il y avait des oeuvres d'art, mais voleurs (pour la Vierge en argent à gauche du coeur) puis vandales ont fait place nette (pour la Vierge en pierre, oeuvre d'un amateur mansonnien) qui l'avait remplacée.

Vous arrivez à l'entrée du parc. Pas grand chose d'artistique à y voir, siinon de belles villas


Napoléon, au centre de sa place


  • et tout au fond (3km) une pauvre statue de Napoléon (la précédente a été vandalisée)

Art LGBT


  • et, si vous avez l'esprit libertaire, une villa LGBD au bout à gauche de l'avenue Eglé, une maison avec son drapeau arc-en-ciel et un mannequin dont le costume change régulièrement.

Un grand chien dans l'hippodrome (Source : Denis )

Lion_Barye.jpg


En suivant la Seine pour revenir, si vous pouvez accéder à l'hippodrome, plusieurs belles statues (chien et lion) décrites par Denis.


Dollar, face à l'hippodrome


Dollar, explications


Dollar, plaque Gould


Sur la gauche, le cheval Dollar

Chaconne, à l'entrée de Maisons


Continuez jusqu'à l'entrée de Maisons (le pont face au chateau), avec le cheval Chaconne.


Place Lannes, le buste

Descendez l'avenue de Verdun jusqu'à la place Lannes, ornée d'une sculpture du maréchal, copie de l'oeuvre de François Masson par Evelyne Vella. .

La renarde, passage du Château devant l'école maternelle





Et voilà. Si vous avez toujours bon pied, continuez par les berges de Seine et, dans l'île de la Commune, la tombe sculptée d'Olivier Brice (voir Denis),


Et parsemée dans l'ïle, une série de têtes en rondins.


Ah, nous n'avons pas parlé du château... mais il mérite une visite à lui tout seul, pour son architecture comme pour les oeuvres d'art qu'il contient, notamment plusieurs grandes toiles. Pour 29 euros à l'Office du Tourisme, vous pouvez vous offrir le magnifique livre du Centre des Monuments Nationaux "Le château de Maisons De la résidence aristocratique au monument historique".