Retour au blog

La gouvernance au Rendez-vous de l’Histoire

Du 7 au 11 octobre àlois Blois, c’est le thème « Gouverner » qui titrait les Rendez-vous de l’Histoire de cette année. Le programme cmoplet. Le Monde, partenaire de l’événement, a ouvert ses pages à plusieurs intervenants.

Particulièrement importante, la contribution de Sophie Harnay, Réorienter l’économie, qui distingue trois modes de régulation :
. le marché autorégulateur,
. les autorités publiques (Etats, organisations supranationales),
. les communautés d’usagers et la société civile.
Conclusion : il n’existe pas d’institution optimale, mais plutôt des modes de gouvernance plus ou moins bien adapté à des situations particulières.

Mais aussi :

- Responsabiliser les entreprises (Pierre-Yves Gomez). La lente émergence de la notion de « responsabilité sociale de l’entreprise », après plusieurs décennies de domination des conseils d’administration par les objectifs financiers. (Rencontrant récemment un haut responsable d’une banque internationale, nous avons été frappé par son insistance sur cette responsabilité et le rôle qu’il joue en ce sens auprès de ses clients.)

- Ce que veut dire « gouverner » aujourd’hui
dans les mondes musulmans (Souleymane Bachir Diagne). Centré sur le problèmes du califat, il conclut « Comment pennser l’Islam comme l’unité d’une communauté dans sa diversité, sans le symbole d’un califat ? Comme l’idéal (répond le penseur Mohammed Iqbal, décédé en 1938) d’une « famille vivante de Républiques ».

- Comment écrire l’histoire des ingouvernables ? (Rachel Renault). Les formes de résistances individuelles ou collectives de ceux qui ne veulent pas être « tellement » gouvernés sont multiples, mais laissent peu de traces dans les archives, sinon du point de vue des oppresseurs.

- Sans état d’exception, pas de République (Anne Simonin). En cas de péril imminent pour l’État ou l’ordre établi, le droit romain connaissait la dictature. La Révolution française invente l’état de siège, qui, de militaire à l’origine, assume, avec la Terreur, sa nature civile.

- Repenser la ville (Christine Lepoitevin). Comment se renouvelle le mode d’élaboration des projets locaux et le dialogue entre société civile et institutions.








 

 


Visitez le site Diccan Digital Creation. 2010-2020

 

 <>

 


 Vos commentaires seront appréciés, adressez les à pmberger (at) orange.fr.
A cette même adresse, dites nous si vous souhaitez recevoir (ou pas) les nouveaux articles de ce blog.