Maisons-Laffitte numérique


La transformation numérique de Maisons . Retour à l'accueil mansonnien

Annexes

L'informatique de notre mairie : ce qu'on en sait


Le numérique n'est pas la tasse de thé de notre maire, mais il progresse à Maisons. Plutôt discrètement. Sauf peut-être les panneaux d'information à LEds "Bienvenue dans votre villle"

De temps en temps, et sans s'y attarder, le conseil municipal donne son accord pour l'installation de nouveaux logiciels ou de caméras de surveillance.
Notons
- en février 2020, l'acquisition d'un bouquet de logiciels, certains très spécialisés (Roadloc pour localiser les véhicules de la police municipale) d'autres très généraux (plusieurs "ERP", voir Wikipedia). ; mais on ne sait pas comment ces produits s'articulent.
- en 2019 déjà un "logiciel de gestion intégrée"
- l'implantation des réseaux, mais cela relève plutôt des opérateurs privés
- le développement progressif de la vidéo-surveillance, et d'autres applications de sécurité.

Ces moyens sont mis en oeuvre par la direction des services d'information. Elle est ainsi présentée sur le site de la ville :
Missions de la Direction des Systèmes d'Information :
  • Gestion du parc informatique de la Ville et assistance technique.
  • Conception et suivi de l’architecture Réseau.
  • Mission de conseil auprès des services municipaux.
  • Formation aux produits bureautiques

Cette description n'évoque pas une DSI au plein sens du terme (Voir Wikipedia), qui inclut une fonction d'anticipation pour ne pas dire de stratégie. Ici on en reste aux moyens techniques (IT et non pas IS, pour employer le jargon des professionnels.

Globalement, on a donc l'impression d'une mairie plutôt timide en matière d'informatique, sauf pour son site web et sa télésurveillance.

Vers quoi allons-nous. ne serait-ce que pour le plaisir, évoquons quelques uns des "buzzwards" actuels du monde des professionnels. Inpireront-ils notre future informatique ?

Quelques mots à la mode


Désilotage


Le désilotage consiste à dépasser une informatique "en silos" c'est à dire où chaque service, voire chaque application, entretient indépendamment ses données indépendamment des autres services. Et ainsi d'éviter des doubles emplois (avec doubles saisies, doubles sauvegardes).

C'est relativement impossible pour les mairies, du fait des caractéristiques très confidentielles d'une bonne part de ses données : listes électorales, fiscalité, action sociale.

Le problème est à peu presque aussi ancien que l'informatique. La séparation des informatiques des différents ministères était une des dispositions-clés de la loi Informatique et Libertés de 1978, prolongée aujourd'hui dans le RGPD européen.

De toutes façons, "une ville, cent métiers" ! Toute commune a de multiples activités qui ne peuvent qu'assez peu être utilement intégrées.

Cloud, SaaS, PaaS



En revanche, toutes les mairies d'importance similaire ont des applications similaires : état-civil, listes électorales, gestion du personnel, site web, services techniques. Elles devraient donc pouvoir efficacement les sous-traiter à des prestataires. C'est le "SaaS" (software as a service) ou le "PaaS" (platform as a service), et done le cloud.

Le passage au cloud consiste à confier de plus en plus de données et d'applications à des prestataires extérieures, pour optimiser l'emploi des ressources matérielles et logicielles.

Par opposition à ce que l'on garde chez soi ("on premise").

Ici aussi la protection des données confidentielles peut exclure tout stockage ou traiement de données à l'extérieur de la mairie. C'est aussi un obstacle majeur, et pour l'instant infranchissable, sur la voie du vote électronique. IBM propose une solution à ce dilemme : les données restent chez le cilent, mais sont gérées à distance par le prestataire. Mais ce (a href = "https://www.ibm.com/fr-fr/cloud/learn/hybrid-cloud">"hybride" est-il applicable à une institution relativement petite comme notre commune ?

Devops


Il s'agit de ne plus tout à fait séparer le développement des applications et leur utilisation, de manière à évoluer de manière souple et adaptée dans un monde qui change vite. Voir ""<a href = "https://fr.wikipedia.org/wiki/Devops">Wikipedia</a>

Avec quels moyens... et pour quels objectifs ?


En pratique, une question-clé : avec quels moyens notre commune veut-elle développer son informatique : essentiellement en renforçant son équipe ou au contraire en s'en déchargeant au maximum sur des prestataires d'étude et d'exploitation externe ?

Mais le plus important ne serait-il pas de nous demander d'abord ce que nous attendons :

- Sécurité (caméras, interconnexion de fichiers, intelligence artificielle).
- Dialogue avec les citoyens, interactivité (site encore plus développé, interactif, voire intervention dans les réseaux sociaux).
- Limitation ou optimisation des dépenses et investissements.
- Efficacité des services de la mairie (productivité, mais aussi simplification des procédures, aide à l'utilisation).
- Culture, du plaisir; par exemple en donnant un accès facile et plaisant aux archives, ou, plus ambitieusement, une production en ligne d'oeuvres culturelles.
- Soutien du commerce locaux (avec des échanges de données).
- Image "numérique" de la ville pour y attirer les entreprises.
- Ecologie (réduction des consommations et pollutions de la commune, à commencer par les pollutions dues à l'informatique elle-même).


...
...

Avec quels produits, quels prestataires ?


Le catalogue du salon des maires comporte au sommaire quelque huit pages de fournisseurs "tech et transformation numérique" !


https://www.salondesmaires.com/liste-exposants/

https://www.lagazettedescommunes.com/774860/bapteme-du-feu-pour-amazon-au-salon-des-maires/
https://www.amazon.fr/France-Mairies-Lannuaire-mairies/dp/B000VM0AMU

On ne sait rien de l'équipe informatique de la mairie, quantitativement (nombre de personnes) et qualtiatiavement (quel niveau de formation et d'expérience). Elle semble surtout orientée vers la maintenance et l'assistance aux utilisateurs.

Tout laisse à penser que si le projet est d'envergure, on fera appel à l'extérieur. Un bouquet de logiciels ne suffira pas. Il faudra des développeurs. Mais pilotés par qui ? On pense donc à un maître d'oeuvre De quel type : PME de conseil ou grand groupe ?

https://www.journaldunet.com/solutions/cloud-computing/1179296-open-data-et-smartgrid-la-mairie-de-paris-mise-sur-le-cloud-d-amazon/