Retour à l'accueil mansonnnien . Dernière révision le 15/8/2023


Page en cours de travail


Le Conseil municipal Le coeur de la politique locale. Page dédiée




Les politiques et les électeurs



Les socialistes en campagne autour de Bruno Athias (1989).
On voit peu Jacques Myard en campagne. Il n’en a pas trop besoin, du fait
- de sa conformité aux opinions naturelles des Mansonniens
- de ses réseaux de relations.



Les résultats des élections de 2020 montrent le peu de différences entre les bureaux de vote, donc les quartiers.

. . .

Quelques anciens élus : Angèle Duponchel , Maika Bamps, Marc Lefoulon, Joël Desjardins.

Pour les périodes anciennes, hors les maires, nous savons très peu de choses des hommes (pas de femmes à l’époque) qui s’investissent en politique. En lisant en détail les interventions au conseil municipal et les quelques éléments dont on dispose par ailleurs, on pourrait tirer quelques portraits.
Pour les époques récentes, on peut trouver quelques photos. Par exemple cette présence du PS sur le pont de chemin de fer vers 1990.


Philippe Bouvier, maire-adjoint délégué aux Finances.Charles-Philippe Mourgues, délégué à la prospection économique et à la communauté internationale de Maisons-Laffitte.
Nous présentons les autres élus de la majorité dans les pages relatives à leurs délégations. Voici les élus de l’opposition, dans l’ordre du site de la mairie.

. . .

La page Facebook de la liste TPML
Janick Gehin , Charles Givadinovitch, Anne Lavagne, Philippe Liégeois, Valérie Singer.

. . . . .
François Dreuilhe, Tania Gunther-Fumat, Nicolas Ljubenovic , Amélie Thérond-Keraudren, Jean-Claude Girot.


Remaniement le 16 avril 2019

Les politiques, vaste sujet


Les partis

Notre circonscription
Notre députée, Yaël Braun-Pivet
Son suppléant , Gabriel Dos Reis

(voir aussi la page consacrée à Jacques Myard).

Vaste sujet. Limitons nous à quelques premières notes
Pour les périodes anciennes, hors les maires, nous savons très peu de choses des hommes (pas de femmes à l’époque) qui s’investissent en politique. En lisant en détail les interventions au conseil municipal et les quelques éléments dont on dispose par ailleurs, on pourrait tirer quelques portraits.

Pour les époques récentes, on peut trouver quelques photos. Par exemple cette présence du PS sur le pont de chemin de fer en…

Pour les élus actuels, le site de la mairie nous donne une photo de chacun d’entre eux.
On pourrait dire qu’autour du maire, les personnes engagées en politique se répartissent en cercles ;

- les maires adjoints, et les compagnons de longue route (dont un, Gino Necchi, est de l’équipe depuis le début),
- les élus de la majorité,
- les élus de l’opposition,
- les militants des partis,
- les militants des associations qui ont une certaine dimension politique,
- les anciens élus.
Les sensibilités affichées par les candidats aux municipales sont de moins en moins marquées par les partis politiques. Promesses et slogans vont à la rencontre de l’électorat : pas très jeune et, vu le prix des logements, assez aisés (même « à gauche »).
Quant aux électeurs, ce qui frappe en comparant les différents bureaux de vote, c’est la grande homogénéité de la ville. Avec peut-être deux rai-sons :
- les logements plus ou moins « sociaux » ne sont pas l’exclusivité des périphéries (Lekain, Tir) ;
- la gauche mansonnienne recrute largement parmi des propriétaires qui n’ont rien à voir avec le prolétariat des légendes.


Notes et documents


Il y a mille façons de s'engager à Maisons-Laffitte, depuis les simples groupes d'amis (il y en a beaucoup sur Facebook, sans parler de Whatsapp) jusqu'à l'engagement politique proprement dit, en passant par le culturel, le caritatif, le religieux.
De manière cohérente malgré la différence ces quartiers, la ville est traditionnellement conservatrice mais sans excès.
Le conseil municipal est toujours animé. Filmé depuis une disaine d'années par des amateurs, il est maintenant proposé, en replay comme en live, par une équipe de professionels.


Comprendre le budget municipal
Nos fonctionnaires municipaux

Notes pour le prochain conseil (27/9/2022)

Démocratie participative


Politique Références documentaires . Images, photos, cartes postales

Budget Références documentaires . Images, photos, cartes postales


Comptabilité communale, pédagogie, débat


(26/8/2022)


En continuant à regarder ce conseil municipal d'avril 2018, j'admire le gros travail de présentation pédagogique fait par Philippe Bouvier, délégué aux Finances.
Au début de sa présentation, il résume les orientions budgétaire (voir image). C'est très clair.
Et c'est là-dessus que l'on pourrait débattre, et attendre les conclusions du débat pour laisser aux techniciens de mettre ces orientations "en musique".
A ce stade, tout le monde peut comprendre de quoi il s'agit... à condition de savoir (je viens de l'apprendre) que dans ce contexte "autofinancement" veut dire excédent des recettes sur les dépenses.
Donc le choix consiste à dépenser le moins possible pour mettre de l'argent de côté. C'est cela que l'opposition (de droite comme de gauche) conteste depuis longtemps
- soit pour demander un effort social plus important (notamment le quotient familial pour les prestations de la commune)
- soit pour stigmatiser un mauvais calcul en période d'inflation.
Mais, de toutes façons, il n'y a pas débat,
- parce que les enjeux sont noyés dans des pages et des pages de chiffres
- parce que le fonctionnement légal des conseils ne permet le débat; les élus de la majorité se taisent ; les élus de l'opposition n'ont que le droit de poser des questions.
Pour avancer en démocratie il faudrait ici :
- que le "débat d'orientation budgétaire" se limite... aux orientations,
- que le maire accepte de lancer un vrai débat, une concertation qui débouche sur un consensus ou au moins un compromis ; mais rien ne l'y oblige.

Autres notes


Elections Références documentaires . Images, photos, cartes postales

Résultats des élections régionales et départementales en 2021 (d'après Le Monde).


Maisons n'est pas une île


L'impôt foncier

Sur FB 1/2023, par M.C. Lemercier

Saint Germain en Laye surpasse ses voisines

Démocratie, municipalité, associations

Deux annonces significatives en cette fin d'année :
- Parking du marché : le permis de construire vient d'être déposé ;
- Ermitage : le projet repart à zéro, indique le président du Parc.

Elles prouvent la force des associations : :
. s'il n'y avait pas eu ADDQMML pour bloquer le projet d'origine, nous aurions aujourd'hui un bloc de béton et 3 000 mètres carrés de bureaux vides en plus ;
- s'il n'y avait pas eu "Qualité de ville", l'ASP et une mobilisation, l'Ermitage aurait très probablement pu déployer un projet dont son promoteur même reconnaît "les erreurs commise".

Les modes traditionnels de la démocratie s'essoufflent :
- le très fort taux d'abstention réduit la "légitimité" de l'équipe municipale élue ;
- à Maisons, cette équipe refuse le débat et même la concertation un peu formalisée ; la mairie ne publie qu'un "compte rendu succinct" des conseils, amputé de questions et d'informations qui sont pourtant la partie la plus intéressante de ces sessions.

En revanche la Mairie, fait de réels efforts de communication :
- vidéo en direct et en replay des séances du conseil ;
- affichage chaque semaine des demandes de permis et des avis du maire ;
- site web toujours plus riche, avec même un groupe Facebook (au fonctionnement un peu bizarre).

Les citoyens se mobilisent donc, mais autrement, dans le cadre classique des associations et dans les multiples formes de relations Internet. La communication de la mairie ne fonctionnerait pas sans ces relais, d'ailleurs : les citoyen(e)s "de base" n'ont cure de visionner des heures de conseil municipal ou d'éplucher les annonces de permis.

Il y a donc de l'espoir pour les démocraties. D'autant que, par contraste, les horreurs de la guerre ukrainienne ou du covid chinois montrent éloquemment les dangers des pouvoirs autocratiques.

Ne rêvons pas trop quand même : de la cité grecque à la "smart city", la démocratie, c'est toujours une aventure.

Sur les débats

Jusqu'en 1983, il n'y avait pas de débats ni même de questions au conseil municipal.
Je remonte méthodiquement les conseils municipaux et en suis au début des années 1980.
Les compte-rendus sont beaucoup plus courts que ceux d'aujourd'ui, et pour cause (si ne je me trompe) : jusqu'en 1983 on élisait un maire avec son équipe et il n'y avait pas d'élus de l'opposition.
A partir de 1983, et Pierre Dhers le souligne dans son introduction au nouveau conseil (en tant qu'élu le plus ancien), les minorités sot présentes et s'expriment. J'ai cru comprendre que Pierre Dupres, maire à l'époque, avait mal vécu cette période, et fut considéré comme refusant le dialogue.
En 1989, c'est Jacques Myard qui préside. Au fil des compte-rendus, l'allure des dialogues évolue. A certains moments, de brèves questions, à d'autres, le budget est l'occasion d'un long débat (de l'ordre d'une dizaine de pages A4 actuelles)
Puis, sans doute par suite d'un nouveau règlement intérieur, il n'y a plus de débat, mais seulement des questions auxquelles répond le maire et/ou ses adjoints. Dans les derniers compte-rendus, ces jeux de questions et réponses sont omis. Mais, heureusement, les enregistrements vidéo permettent d'en retrouver l'intégralité.
(Vous pouvez tous les retrouver en https://gouvmeth.com/?CmMl )
Note en janvier 2023 : des compte-rendus complets, débats compris, sont publiés pour certains conseils

"On n'a pas été élu avec ce principe de participation des citoyens à l'ensemble des projets"


répond Philippe Bouvier à Maxime Pimont (Courrier des Yvelines du 12 octobre) à propos du pôle santé (actuel parking du marché).

On pourrait presque dire que la Municipalité a pour principe de ne faire participer les citoyens à aucun projet. Comme l'a récemment dit le maire à propos des compte-rendus du conseil municipal, la ville s'en tient au minimum légal.

Certes nombre de projets mineurs n'ont pas besoin de consultation. Mais le pôle santé est exceptionnel par ses impacts multiples sur la vie de Maisons-Laffitte.

C'est déjà l'intervention "des citoyens" qui a empêché la réalisation d'un premier projet centré sur l'immobilier de bureaux, qui heureusement n'est pas venu s'ajouter au milliers de mètres carrés qui restent vides.

Alors un peu de dialogue pour évaluer les enjeux et comprendre les attentes des Mansonniens n'aurait pas fait de mal.

Sur l'historique et le contexte du projet, voir la rubrique "Marché sur notre site gouvmeth.com
Notre photo : une réunion de citoyens consacrée à ce projet en mars dernier.

Clins d'oeil du passé


.
Les photos datent de 1989

Le premier conseil municipal de 1983 inagure la nouvelle formule électorale : proportionnelle "corrigée", avec une moitié des sièges à la majorité, l'autre moitié étant répartie à la proportionnelle.
C'est le dernier mandat de Pierre Dupres. EcoutonsPierre Dhers, ouvrant le conseil en tant que plus âgé des élus :.
Parmi les membres de l'opposition figure un certain Jacques Myard qui en 1986, se fait entendre dans sa critique du budget. Sur le fond, c'est déjà assez celui que nous connaissons... avec quelques nuances.

Posts d'actualité

Les voeux du maire pour 2023
Impressions d’un amateur sur ce premier tour (Avril 2022)
Les voeux du maire pour 2022 (Janvier 2022)
Hommage aux anciens d'Algérie (5 décembre 2021)
Un beau 11 novembre 11 novembre 2021

Elections de 2014