Economie, commerce et industrie



Retour aux thèmes . Retour à l'accueil mansonnien . Dernière révision le 21/1/2023

. . .
Deleplanque, l'Ermitage, Casino, Vivalto... et la mairie.

Un vent d'optmisme


Dans le bulletin municipal de février 202", le maire confirme de bons résultats, notamment pour l'occupation des bureaux. Il conclut "soutenons nos commerces".

Cet optimisme, malgré les multiples inquiétudes, n'est pas propre à Maisons puisqu'on observe
- "une forte baisse du nombre des demande3urs d'emploi" (Le Monde du 27 janvier),
- une Bouse qui "s'est rarement aussi bien portée" (Le Parisien du 27 janvier).

Dans les voeux du maire pour 2023


Entreprises
C’est avec grand plaisir que je constate que les entreprises reviennent dans notre ville ; les
sites d’activité Mermoz et Guynemer accueillent à nouveau des sociétés après un passage à
vide en 2021, leurs locaux sont désormais occupés à 80%, le site Croix Castel à 100% ;
Camping sur l’île de la Commune, la convention du 2 ème site d’Ile-de-France a été renouvelée,
c’est un atout fort d’attractivité ;
Le Concours Junior entreprise est relancé, le Jury va auditionner 5 entreprises le 28 janvier
2023 ;
Le 2 ème Forum des entreprises se déroulera le 11 mars, 35 entreprises exposeront leurs
activités au CSC, près du centre aquatique.
Commerces : le 21 mai a eu lieu la Fête des Commerçants sur le thème des fleurs, le 10
décembre le Marché des Artisans ; le succès de la Boutique éphémère, rue de la Muette, ne
se dément pas. 2022 a été marqué par la reprise du vide-greniers en septembre après trois
années d’arrêt dues au Covid et aux risques de sécurité ;
Le Marché a passé un cap difficile, le nombre des commerçants abonnés se stabilise, 45 contre
47, la fréquentation des « commerces volants » se maintient ;

Au total la Ville compte 3 407 établissements actifs toutes catégories au 28 décembre 2022,
avec, il est vrai, de nombreuses activités créées par des cadres et exploitées à domicile ;
Emploi : le bureau de l’aide à la recherche à l’emploi en coopération avec Le Mesnil-le-Roi a
pris un nouveau départ et enregistre un retour à l’emploi de 50% des personnes reçues ;
Tourisme : l’Office de Tourisme concourt, lui aussi, au dynamisme économique en organisant
des visites guidées de la ville et plus particulièrement du centre d’entraînement ; il travaille
avec la SNCF pour la promotion de notre commune et de ses nombreux atouts.

Dans les voeux du maire pour 2022


Commerces
Les animations commerciales ont été particulièrement actives
. concours des vitrines
. fête des commerçants le 5 juin
. Octobre rose
. marché de Noël le 11 décembre 2021
. création de la boutique éphémère rue de la Muette : un total succès
. actions de relations permanentes avec les commerçants
Au titre des animations en centre-ville, à noter encore : « Faites du vélo » ; la Piste de luge

Entreprises
. 3 396 entreprises : 508 entreprises créées, 216 ont fermé
. camping : après appel d’offres, l’exploitation du camping a été réattribuée à la société Sandaya
. création du Concours junior entreprises
. installation de Mazafran, entreprise artisanale de création de jouets au 36 avenue de Saint-Germain
. 1er forum des entreprises le 20 novembre 2021 avec 33 exposants et 300 visiteurs

Tourisme
L’office de tourisme demeure très actif et concourt à l’activité économique de la ville
. nouveautés : Guide de promenade, eau de Cologne Napoléon, guide de l’art urbain
. présence au Forum des associations
. convention avec la SNCF pour stand d ‘information de la ville une fois par mois à la gare
. vidéo diffusée sur les transiliens pour l’opération « C’est pas loin en train »

Tableau de bord


A ma connaissance, il n'y a pas d'étude globale sur l'économie mansonienne depuis celui présenté au conseil municipal du 23 avril 1986. On peut se demander par exemple, tant pour la situation présente que pour son évolution :
- comment chiffrer l'activité économique de la ville, en y incluant les entreprises mais aussi les associations importantes (MGEN) et les services publics, notamment la mairie elle-même qui est le principal employeur ?
- comment se répartit cette activité entre les différents secteurs ?
- qui travaille à Maisons ? (y habitant ou non) ?
- où travaillent les habitants de Maisons : ici, à Paris ou en région parisienne ?
- quel est le niveau de vie moyen des Mansonniens et comment se répartit-il, des plus aisés aux plus démunis ?
-...
C'est peut-être la question clé en ce moment. Quel projet d'activité économique pour Maisons ?
Ce fut un village de vignerons, une "colonie" de bourgeois parisiens, une ville industrielle (chantier naval, usine de borax) et bien sûr "la cité du cheval", avec ses deux volets : la course et le cheval de selle (depuis les poneys jusqu'aux as du jumping).
Tout est aujourd'hui remis en cause Nous plaidons (mais est-ce raisonnable) pour Maisons "parc d'attractions", profitant de sa symétrie avec Disney sur le RER, mais avec une remarquable base culturelle française et européenne..

Que sait-on de l'économie mansonnienne ?

A ma connaissance, il n'y a pas d'étude globale sur l'économie mansonienne depuis celui présenté au conseil municipal du 23 avril 1986. On peut se demander par exemple, tant pour la situation présente que pour son évolution :
- comment chiffrer l'activité économique de la ville, en y incluant les entreprises mais aussi les associations importantes (MGEN) et les services publics, notamment la mairie elle-même qui est le principal employeur ?
- comment se répartit cette activité entre les différents secteurs ?
- qui travaille à Maisons ? (y habitant ou non) ?
- où travaillent les habitants de Maisons : ici, à Paris ou en région parisienne ?

Budget municipal : où sont les entreprises ?




Je me décide à plonger dans le budget 2022

et j'y cherche, naïvement sans doute, la place des entreprises, aussi bien comme recettes pour la mairie que comme investissements.

Je ne trouve rien. Notamment, en recettes, parce qu'il n'y a plus de taxe professionnelle.
Quant aux investissements, ils semblent exclusivement socio-culturels (principalement Malesherbes, tennis couverts et nouvelle salle de danse).

Le hippisme ne figure que pour des sommes minimes.

Ai-je mal regardé ? Je suis pas un expert en comptabilité publique... Si vous avez d'autres lumières, je suis preneur !

Maisons en 1986 comme aujourd'hui : ne pas devenir une ville-dortoir

Un beau rapport au conseil municipal. C'est l'apogée du maire Piere Duprez, qui reçoit la légion d'honneur.
Le cheval est déjà au coeur des préoccupations, avec 90 entraîneurs, quatre clubs (professionnels) et 20 PME et artisans dans la spécialité.
Photos du rapport complet en https://gouvmeth.com/?Economie1986
Conclusions, que pourrait presque signer notre maire actuel "La municipalité conduite par M. Dupres a toujours oeuvré pou que Maisons ne devienne pas une "ville dortoir"... Les Mansonniens veulent une ville, certes verte et agréable, mais une ville vivante, active, ouverte à la jeunesse et à l'initiative privée". Bref une ville où il fait et fera bon vivre.

Mais elle le disait déjà en 1957... voir le paragraphe suivant :

Maisons : ni industrielle, ni "ville dortoir"


Sur FB le 20/1/2023
Il y a une vraie contradiction au sein de "l'identité mansonnienne".

D'une part elle voudrait bien attirer les entreprises, et ne pas devenir une "ville dortoir" satellite de Paris ou La Défense. Une bonne raison au moins : la fiscalité : les entreprises payent des impôts qui permettent d'alléger la charge fiscale sur les particuliers (un point à vérifier aujourd'hui puisque la taxe professionnelle a été supprimé). Elle s'en inquiète dès 1957 (https://gouvmeth.com/?VillesDortoirs).

De l'autre, elle se garde bien de se doter d'usines, alors même que s'offrent de beaux terrains. C'est le cas :
- dans les années 1920, quand le grand terrain de l'usine de Borax (entre les rues de Mexico, Poissy, Loges et Achères) a été loti et bâti en pavillons ;
- en 1958, quand la ville a rachète le terrain Bugatti (chantier naval) et construit la résidence du Vieux Moulin;

- vers la même époque, alors que le stand de tir (rue du Tir) doit être fermé ; il fait place à une vaste résidence à caractère social ;
- dans les années 1990, entre l'avenue de Verdun et la Seine, en allant vers le parc des sports actuels ; il y avait à l'époque des entreprises, notamment un garage, et de l'espace libre autour du puits artésien ; on a construit le vaste ensemble d'immeubles "Entrée de Maisons".
En revanche, la ville a construit des bureaux, notamment avenue Mermoz, longtemps inoccupés, mais qui semblent récemment reprendre vie.
Assez étonnant à l'heure du télétravail où de vastes surfaces de bureaux cherchent preneur à La Défense. Qui est le nouvel occupant ?

Les bureaux rue Mermoz ne sont plus à louer !

Sur FB 1/2023
Il semble même qu'il y ait un nouveau mobilier à l'intérieur.
Très bonne nouvelle si elle se confirme.
Quelqu'un sait-il qui est le nouvel occupant ?

Retrouver notre patrimoine fluvial

Dans Le Monde du 6 octobre : "Le patrimoine fluvial retrouve une place central", avec des exemples à Nantes ou à Bordeaux qui, certes sont bien différents de nous.
Mais, tout près, Cormeilles est en pleine construction de son ambitieuse marina (notre photo de leur affiche).
Nous y voyons plutôt une menace pour notre paysage ou notre tranquillité.
Ce pourrait être aussi une occasion de relancer notre riche passé en bord de Seine ( https://gouvmeth.com/?BordsdeSeine ) aujourd'hui très actif mais, en quelque sorte, tournant le dos au fleuve.
Il reste encore un petit créneau d'accès à droite du pont. Et peut-être, plus ambitieusement, sur l'hippodrome qui devrait bientôt nous appartenir.
Rêvons par exemple d'un petit bac qui attirerait chez nous les gens de la marina ?

Nos commerçants : ils dynamisent notre marché




Le Courrier des Yvelines a publié le 28 septembre 2022 une page entière sur notre marché. A l'honneur :
- Boucherie Laurent et Boris
- Le maraîcher en vrac Michel Renard
- Le maraîcher Dutorte
- La poissonnerie Michelet
- La fromagerie Philippon.
J'espère que le Courrier me pardonnera de vous offrir une photo de la page (Je l'indexe méthodiquement sur le site https://gouvmeth.com/?PagePrincipale mais bien sûr sans photo sauf exception


Encore un commerce qui ferme

ML/2022A/De_Gaulle_Boucherie.jpg

Avenue du Général de Gaulle, la boucherie Chiraux a fait faillite. A-t-elle été gênée par les travaux voisins ? Est-ce un exemple de plus de la difficultés des commerces hors Longueil ?
Le grand local commercial en bas du nouvelle immeuble place Ianchelevici n'a toujours pas trouvé preneur...

Autres notes


Nos pharmacies, une espèce en voie de disparition

Le PIB dans Wikipedia

Une approche très approximative : : en 2022, le PIB par habitant de la France est de 37 000 euros. Total pour Maisons et ses 23 300 habitants : 851 millions d'euros.
Budget de la commune : 47 millions. . Soit 5,5 % du PIB.

TVA. 2 fois l"impôr sur le revenu, globalement.

Prix du mètre carré : entre 1 000 et 1 300 euros.
Surface de la commune : 6,75 km 2 soit 6 750 000 mètres carrés.
Dont ??? 50% constructible mettons 3 miilions à 1000 euros : 3 miliards. Trois fois le PIB ...

Commerce Références documentaires . Images, photos, cartes postales

Agriculture, élevage, chasse

Boucherie chevaline Une note de Dom Coutel
Industrie
Les commerces, évolution de 1937 à 2022
Le commerce
Maisons, un parc d'attractions !
Bords de Seine : du travail au loisir, et demain au "blurring" ?
Locaux professionnels transformés en habitations

Rapport sur l'économie au CM, 1986

Une ville dortoir, pourquoi pas ?


Un beau diagnostic dans le PLU... qui a maintenant 5 ans


Difficile de se faire vraiment une idée de l'économie mansonnienne ! Nous ne proposons ici que quelques premières idées. Encore ne sont-elles pas celles d'un économiste professionnel, et appelleraient donc des travaux plus approfondis. Les données manquent. La municipalité a sans doute de solides dossiers avec le travail de ses commissions mais à notre connaissance, ils ne sont pas publiés.

Il y a tout de même beaucoup d'informations dans le PLU de 2017 :
- "Un défi de longue date", 12 pages dans la partie 1.a
- "Affirmer un développement économique et touristique", une page de voeux dans la partie 1.c et 5 pages dans la partie 2 (PADD)
- Quelques éléments sur le centre-ville dans la partie 3 (plus les activités hippique)
- Quelques élements pour la zone UA dans la partie 4.



Le PLU donnait un rôle majeur aux bureaux. Sur ce point, la situation s'est renversée, avec le Covid et le télétravail. Le coworking, en particulier, semblait très prometteur d'un point de vue écologique et psychologique ; il est évidemment à déconseiller en période de pandémie.

C'est du côté de la santé que l'économie a maintenant besoin de se développer.



Les sources


- Le site de la Mairie ne dit pas grand chose.
- Pas grand chose non plus Wikipedia
- L'Insee est surtout orienté vers la démographie.
- Quelques éléments aussi sur Manageo
- Avec surprise, c'est sur le site du Figaro que nous trouvons les analyses les plus détaillées.
- (Si vous connaissez d'autres sources, un petit mail à pmberger@gouvmeth.com ne restera pas lettre morte.

Les sources citées ne parlent pratiquement que des entreprises, du privé. Or le principal agent économique de la vile, c'est certainement la Ville elle même et ses établissements publics. Ce sont aussi des entreprises non-mansonniennes. Enfin, ce sont les très actives associations et les nombreux bénévoles, acteurs économiques même si leur activité est difficile à comptabiliser.

En outre, mais ce serait un autre travail, une part importante des Mansonniens travaille en dehors de la commune et réciproquement, une grande part des salariés travaillant chez nous habitent ailleurs; ne serait-ce qu'en raison du prix des logements.

Avec le peu de données que nous avons trouvées, tentons une première ébauche.

Les entreprises locales


Liste des entreprises locales (Ebauche)

Le Figaro décompte plus de 3000 entreprises. La plupart sont des auto-entreprises, 10% seulement d'entre elles emploient au moins un salarié. Le Figaro décrit aussi les quatre plus importantes :

Deleplanque, rue des Canus, avec ses 48 millions d'euros de chiffre d'affaires et ses 56 salariés est un cas unique à Maisons. C'est une entreprise familiale créée de longue date depuis un pavillon (pensons-nous qui s'est ensuite agrandie sur place (vers 1980 ?) avec une villa voisine et ses anciennes écuries. Mais, comme toutes les entreprises familales,le passage de génération en génération ne se fait pas sans changements.
En 2016, la société Unigrains, une multinationale de sa spécialité, est entrée en son capital. C'est un signe de santé et de dynamisme. On peut craindre aussi que cet actionnaire, minoritaire, ne trouve plus rentable, un jour, de conserver son siège dans notre chère ville.

Les sources sur Internet sont ici nombreuses, prouvant d'ailleurs l'importance de la firme sur son marché :
https://www.deleplanque.fr/contact/
https://entreprises.lefigaro.fr/deleplanque-et-compagnie-78/entreprise-589800663
https://www.unigrains.fr/wp-content/uploads/2018/01/161116-Deleplanque-Unigrains-FR-Final-1.pdf

. . .

Les trois autres entreprises cités, Fellowes (40 MF), Trell'borg (36 MF, 83 salariés) et TWH Cnnectif (21 MF, 120 salariés) n'ont pas le même caractère local, mais à visiter leurs entrées, ne laissent pas une impression de grande activité. Trelleborg laisse même son enseigne battre de l'L (voir la photo ; elle a été remise en place dans la semaine). Nous avons aussi une sensation de vide en regardant le centre d'affaires de la rue des Côtes. Un peu moins pour celui de la rue Croix-Castel. Mais il ne s'agit que d'impressions. Fausses, espérons-le.

Le Courrier du 9 mars 2022, titre "La ville attire la "Tecn" européenne", à propos de l'entreprise Sipearl, spécialiste de super-calculateurs. Son siège est à Maisons-Laffitte (23 rue Guynemer), mais les effecitfs sont ailleurs (Massy, Grenoble). A l'entrée de l'immeuble, elle n'est représentée que par un petit papier scotché..

Parmi les autres entreprises privées, il faudrait aussi prendre en compte l'importance économique de L'ermitage. Là, ce n'est pas l'animation qui manque... et dont certains riveraient tendraient même à se plaindre.

Et bien sûr, mais là c'est globalement qu'ils ont une importance primordiale pour la ville, les entraîneurs.

Les établissement d'entreprises non locales


En termes de chiffre d'affaires et d'emploi local, il faudrait mesurer le rôle de grandes entreprises publiques ou privées qui opèrent sur notre territoire : SNCF, RATP, La Poste, Veolia, Casino, Proseniors, le centre hospitalier Vivalto et... France Galop (qui n'emploie actuellement qu'un minimum de personnel pour l'entretien du site).

La Ville et le secteur public


La Ville est de très loin le premier employeur avec (chiffre à préciser) de l'ordre de 500 salariés, essentiellement des fonctionnaires territoriaux. A quoi il faut ajouter les établissements et institutions qui dépendent d'elles : CCAS, SAEM, le Centre aquatique, le POPD... CHML, associations subventionnées, et les structures d'enseignement de la Ville et du Département.

Et n'oublions pas les transmetteurs de la Dirisi au camp Galliéni. Le camp a longtemps été un atout économique non négligeable pour la ville, notamment pour les cafés, pour les bazars (qui leur vendaient des quilles),.

Les associations et le bénévolat


Enfin, plusieurs établissements du tiers-secteur, de statut mutualiste ou associatif, sont aussi d'importants acteurs économiques locaux, par exemple la MGEN et les écoles catholiques de la rue du Fossé.

Concluons bien sûr sur l'apport global des associations mansonniennes subventionnées ou non et, pourquoi pas, des multiples bénévolats fournis entre autres par les nombreux retraités actifs... dont le signataire de ces lignes, si l'on peut considérer que le site gouvmeth.com a une quelconque importance économique. Rions.

P.B. 30/1/2022

Intérêt d'une activité économique pour la commune, pour les Mansonniens
- consommateur (proximité, plaisir, attractivité)
- électeur
- travailleur (pas à se déplacer)
- le commerce